Après leur défaite face à la Corée du Sud et le nul décroché face au Brésil, les Bleues sont à deux doigts d’être éliminées. Pour poursuivre la compétition et se qualifier pour la suite, les joueuses d’Olivier Krumbholz n’ont pas d’autres choix que de remporter la totalité de leurs trois derniers matchs.

Ce qui est rageant, c’est qu’on a la sensation qu’on aurait pu gagner ces deux matchs sans aucun problème en jouant comme aux Championnats d’Europe (2018) et du monde (2017). Le match de l’Australie (mardi) va venir à point nommé. Il va nous permettre de jouer dans des conditions favorables. Après on aura les deux gros morceaux (Allemagne et Danemark). On n’a plus rien à perdre, il faut tout gagner” a déclaré l’entraîneur de l’équipe de France Olivier Krumbholz. De son côté, l’arrière française Camille Ayglon a avoué que pour elle et ses coéquipières, “ça se complique (…) Ce samedi contre la Corée du Sud, on avait l’excuse que c’était une équipe atypique. Aujourd’hui (face au Brésil) on savait que ce serait un gros combat mais plus traditionnel. On n’a pas pour autant réussi à mettre notre jeu en place. Il y a tellement de choses à améliorer pour battre l’Allemagne et le Danemark! On n’a vraiment plus le choix.”