Boris Diaw est devenu un élément majeur des Spurs. Alors que la franchise de San Antonio va tenter de doubler la mise, après le match 1 remporté contre le Heat (110-95), Gregg Popovich sait qu’il pourra compter sur son international français pour trouver des brèches.

Seulement deux points, mais peut-être l’homme du match. A la suite de la première confrontation des finales NBA entre San Antonio et Miami, Boris Diaw a reçu les louanges de la presse américaine. Que ce soit par sa vision du jeu (6 passes), mais aussi ses nombreuses interceptions (10 rebonds), le capitaine de l’équipe de France a réussi à faire ce qu’il n’avait jamais réalisé auparavant : mettre tout le monde d’accord. Les plus beaux compliments sont venus de la part de son coach, Gregg Popovich, pourtant peu habitué à ce genre d’exercice : Boris peut évoluer sur plusieurs postes, nous permet de jouer dans différents registres. Il est bon à l’intérieur, à l’extérieur, est un formidable passeur. Il voit les choses avant les autres, sait où sont ses coéquipiers, où la balle doit aller. Et même s’il a sur lui un petit excédent de bagage (il sourit), aujourd’hui, nous dépendons beaucoup de sa science du jeu

Pourtant, Diaw partait d’assez loin. Peu utilisé lors de la finale perdue de la saison dernière, déjà face au Heat, Diaw a compris qu’il devait mettre plus d’agressivité dans son jeu. Il est vrai que je ne suis pas loin de jouer mon meilleur basket depuis le début de ma carrière NBA. Mais je n’ai jamais été un joueur qui marquait beaucoup de points ou dont c’était la priorité, a expliqué Diaw dans des propos rapportés par L’Equipe. Ses 26 points en finale de conférence contre Oklahoma City lors du match 6 ont d’ailleurs marqué les esprits.

Désormais, après l’euro 2013, Boris Diaw a l’occasion de remporter son premier titre NBA. A 32 ans, il est au sommet de sa forme et cela ne peut être qu’une bonne nouvelle pour l’équipe de France. Car si les championnats du monde serviront à certains jeunes pour se faire voir, tout le monde a en tête l’Euro 2015 qui devrait permettre aux Bleus de se qualifier pour les JO 2016. Car Diaw mériterait aussi, pour tout ce qu’il a donné au basket français, de terminer sa carrière sur une médaille olympique.

Plus d'articles