Après avoir pulvérisé le record du Tour du monde en solitaire (49 jours, 3 heures, 7 minutes et 38 secondes), Thomas Coville a fait une entrée triomphante, lundi matin, dans la rade de Brest. Acclamé par plusieurs milliers de spectateurs, Thomas Coville et les équipes de Sodebo ont pu partager avec la foule ce record historique avant de répondre aux questions de la presse.

Ce que je voudrais qu’on garde de ce record, ce ne sont pas tellement les 49 jours 3 heures, c’est surtout le chemin parcouru. Je suis tombé, je me suis relevé, j’ai osé, a expliqué Thomas Coville lors de la conférence de presse. C’est un travail de dix ans, un rêve très difficile à atteindre. Mais un rêve que j’ai vécu, que je vis.

Quand on a racheté Sodebo, le bateau Géronimo était là à Brest sur le Quai du commerce, c’était une épave, se rappelle le nouveau héros. Et au moment où on s’est lancé dans cette histoire, de modifier Geronimo pour en faire le Sodebo actuel, je pense qu’il n’y a pas beaucoup de gens qui pensaient qu’on arriverait à faire la machine qu’on a réussi à faire aujourd’hui. Le bateau est l’ex-Geronimo de Olivier de Kersauson, sorti des chantiers en 2001 pour réaliser des records en équipage. Mais il a été complètement revisité en 2013 et 2014 pour être tenu par un seul homme. Il a été allégé de 6 tonnes avec une coque centrale diminuée à 31 mètres (34 dans la version d’origine). Et la largeur est montée à 21 mètres (pour une limite fixée à 22 m), afin d’optimiser le rapport longueur-largeur, gage de puissance.

Une nuée de petits bateaux, mais aussi de grands, tels que le remorqueur de haute mer Abeille Bourbon, sont allés à la rencontre du navigateur à l’entrée de la rade de Brest, et ont accompagné le trimaran jusqu’au quai Malbert, le quai où est amarré habituellement l’Abeille quand elle n’est pas en mer. Après une dernière nuit, de décompression, passée sur son maxi-trimaran où l’a rejoint son équipe, le marin de 48 ans, à la barbe désormais fournie, est entré dans la rade de Brest vers 10H00, juste après que sa femme et ses enfants soient montés à bord, l’occasion de longues et émouvantes étreintes. On s’est retrouvé avec l’équipe technique hier soir après le franchissement de ligne. Ils sont montés à bord et chaque réaction du team a été très émouvante et a reflété l’esprit de cette équipe très éclectique. J’ai une très très belle équipe autour de moi qu’on a façonnée avec Sodebo petit à petit. Je me retrouve aujourd’hui entouré de gens que j’ai choisis, que j’aime mais qui sont avant tout de très grands professionnels.

Cette nuit je me suis offert le luxe de dormir 4 heures d’affilées. Mais vous ne pouvez pas imaginer ce que c’est. Là on revient au sommeil des enfants où lorsque tu t’endors tu n’as rien d’autre dans la tête que le fait que tu vas t’endormir. Tu n’as pas la préoccupation de l’adulte qui se projette. Non tu dors juste, c’est le sommeil que tu n’as pas connu depuis 30 ans.

La 5e tentative a été la bonne pour Coville, après 2 tours du monde sans record (2008/2009 et en 2011) et 2 abandons (en 2007/2008 et en 2014). Il est le troisième marin a établir un record du tour du monde à la voile, en solitaire, en multicoque et sans escale après le pionnier Francis Joyon et la Britannique Ellen MacArthur.