Novak Djokovic va disputer dimanche contre Rafael Nadal sa deuxième finale à Roland-Garros après celle perdue de 2012 face au même Espagnol. L’occasion pour le Serbe de remporter le seul titre du Grand Chelem qui manque encore à son palmarès.

Après une préparation quasi parfaite ponctuée par une victoire face à Rafael Nadal en finale du tournoi de Rome (4-6, 6-3, 6-3), Novak Djokovic se présentait à Roland-Garros en tant que grand favori. Oui mais voilà, depuis, son grand rival espagnol a retrouvé toute sa superbe tandis que le Serbe a rencontré quelques difficultés, face à Marin Cilic au troisième tour (6-3, 6-2, 6-7, 6-4) et en demi-finale contre le Letton Ernests Gulbis (6-3, 6-3, 3-6, 6-3). Alors que de son côté le numéro 1 mondial n’a laissé qu’un petit set à son compatriote David Ferrer avant de véritablement marcher sur le Valencien (4-6, 6-4, 6-0, 6-1) puis d’écraser Andy Murray en demi-finale (6-3, 6-2, 6-1) afin de montrer à tous qu’il était bel et bien revenu à son meilleur niveau.

De son côté, Novak Djokovic devra élever son niveau de jeu s’il ne veut pas subir le même sort que l’Ecossais. Face à Ernests Gulbis, le Serbe a livré une prestation moyenne avec une grosse baisse de régime au milieu du troisième set. Les deux premiers sets ont été très bons mais après il a commencé à jouer avec beaucoup moins d’erreurs. Cela est devenu très difficile pour moi Une lassitude physique due à la chaleur que ne pourra pas se permettre Djoko en finale, surtout que de fortes chaleurs sont annoncées pour dimanche (28°), ce qui favorise en plus le Majorquin car son coup droit lifté rebondit plus haut et gêne considérablement ses adversaires.

Nadal, bourreau de Djokovic à Roland-Garros

Mais Djokovic a des raisons d’y croire. En cinq confrontations sur la terre battue parisienne face à Rafael Nadal il s’est incliné à chaque fois mais en se rapprochant toujours un peu plus de l’Espagnol ! En 2012, l’Espagnol s’était imposé en quatre sets sur deux jours après des interruptions à cause de la pluie (4-6, 3-6, 6-2, 5-7).L’année dernière, les deux hommes s’étaient affrontés en demi-finale et le Serbe s’était incliné au bout des cinq manches (4-6, 6-3, 1-6, 7-6, 7-9) après un duel homérique de 4h37. Le Serbe le sait et est bien décidé à faire tomber Nadal sur ses terres :Je me suis rapproché chaque année un peu plus près du trophée. Cela me donne des raisons d’être confiant. Je suis extrêmement motivé et inspiré pour jouer mon meilleur tennis cette année.

Motivation supplémentaire pour le Serbe : il pourrait remporter son septième titre du Grand Chelem mais surtout réaliser le Grand Chelem en carrière. Un exploit que seuls Fred Perry, Donald Budge, André Agassi, Rod Laver, Roy Emerson, Roger Federer et Rafael Nadal ont réalisé. Une victoire et le Serbe entrerait au Panthéon du tennis…

Guillaume Nibert