En finale de Roland-Garros pour la troisième année consécutive, Maria Sharapova va tenter d’ajouter une deuxième fois son nom au palmarès après 2012. Pour cela, la Russe devra se défaire de Simona Halep pour qui ce sera la première finale de Grand Chelem.

Qui aurait cru il y a encore 4 ou 5 ans que Maria Sharapova atteindrait trois années d’affilée la finale des Internationaux de France ? Pas à l’aise au début de sa carrière sur la surface, la Russe a su faire évoluer son jeu pour parvenir à dompter la terre battue parisienne. Avec en point d’orgue l’édition 2012 que la Russe a remporté en venant à bout en finale de l’Italienne Sara Errani (6-3, 6-2), remportant ainsi le seul Grand Chelem qui manquait encore à son palmarès. En 2013, c’est Serena Williams qui avait empêché Sharapova de signer le doublé à Paris (4-6, 4-6).

Mais toujours aussi combattante et avide de victoire, la Tsarine, comme on la surnomme, est une nouvelle fois en finale cette année et voudra remporter son cinquième titre du Grand Chelem. Pour s’offrir cette finale, la Russe a dû batailler. Notamment lors de ses deux derniers matches, disputés contre de jeunes joueuses qui montent (1-6, 7-5, 6-1 contre Muguruza en quart de finale puis 4-6, 7-5, 6-2 face à Bouchard en demi-finale) : J’ai eu quelques matches difficiles, où j’étais poussée dans mes retranchements. Mais grâce à ses qualités mentales exceptionnelles, la Russe de 27 ans est toujours là et doit maintenant battre une autre jeune joueuse : la Roumaine Simona Halep, 22 ans et déjà quatrième joueuse mondiale ! Halep qui pourra compter sur le soutien de Virginia Ruzici, son agent et dernière roumaine à s’être imposée Porte d’Auteuil en 1978.

Sharapova largement favorite

Deux joueuses aux styles très différents vont s’affronter cette après-midi sur le court Philippe Chatrier. Simona Halep a les armes pour contrer la puissance de la Russe. La native de Constanta pourra s’appuyer sur son remarquable jeu de jambe, ses prises de balles précoces et aussi sa capacité à trouver des angles courts qui devraient lui permettre de faire bouger Sharapova et de s’ouvrir le court par la suite. Mais la Roumaine risque d’être rattrapée par l’enjeu et pourrait subir les coups de butoirs infligés par son adversaire qui a l’habitude de ses grands événements et qui a réalisé une préparation quasi parfaite en s’imposant successivement à Stuttgart puis Madrid.

Cependant, la native de Niagan en Sibérie, reste tout de même méfiante : Elle est solide dans son jeu. C’est toujours un match physique contre elle. Il faut être prêt à se battre quel que soit le nombre d’heures. Elle n’a pas perdu un seul set pendant tout le tournoi ici. En trois confrontations, Maria Sharapova s’est imposée à trois reprises face à Simona Halep, une stat de plus en la faveur de la Russe qui rêve d’un deuxième titre à Paris.

Guillaume Nibert