La victoire en quart de finale contre l’Espagne a fait naître de l’espoir autour de l’équipe de France. En demi-finale, elle se présente en favorite face à la Serbie avec l’occasion de décrocher sa première médaille mondiale.

Si en Espagne, on s’est réveillé sonné jeudi matin, la France a découvert ses nouveaux héros. Vincent Collet a gagné son grade de mentor pour son coaching face à l’armada de Pau Gasol. Un plan tactique parfait, selon Nicolas Batum. Partout où il est passé, il a gagné. Pour Florent Piétrus, son entraîneur est tout simplement l’âme de cette équipe. Collet, qui veut aller défier les Etats-Unis en finale, a appelé tout le monde à la raison après la qualification historique de mercredi soir. Il faut vite atterrir et reprendre le chemin emprunté face à l’Espagne. Celui de l’abnégation, de la discipline. Il n’est pas facile d’oublier ce que l’on a réalisé. Pourtant, rien ne prouve que l’on est capable de reproduire un match de très haut niveau contre la Serbie. Parce qu’il faudra en fournir un effort pour l’éliminer. Ne pas tomber dans le piège français d’avoir jouer la finale avant le dernier acte. Combien de fois, a-t-on vu des Français réaliser un exploit un jour avant de s’effondrer 24 heures plus tard. L’avertissement vaut pour ces jeunes performants (Gobert, Lauvergne, Fournier) qui ont reçu une centaine de textos chacun. Il faut canaliser, contrôler, dit Collet.

La Serbie veut sa revanche

La Serbie semble à la portée des hommes de Vincent Collet, d’autant que ces derniers avaient remporté le premier affrontement entre les deux équipes lors des phases de groupe (74-73). Pourtant, la vérité du premier tour n’a pas grand-chose à voir avec celle des matches couperets. Ainsi, si la France a fait mentir les pronostics en quart contre l’Espagne qui l’avait battue en poule, les Serbes aussi puisqu’ils ont atomisé le Brésil (84-56) contre qui ils avaient pourtant perdu plus tôt dans la compétition (73-81). De plus, lors du match de poule, la France avait eu toutes les peines du monde à se défaire de la Serbie en gagnant sur le plus petit écart possible. Reste que, sur le papier, la Serbie demeure moins forte que l’Espagne et si les Bleus ont vaincu les Espagnols…

A LIRE AUSSI: COLLET L’HOMME FORT DES BLEUS
A LIRE AUSSI: DIAW: L’OBJECTIF C’EST UNE MEDAILLE
A LIRE AUSSI: LA FRANCE FAIT TOMBER L’OGRE ESPAGNOL