La Fédération française d’athlétisme (FFA) va tout faire pour renforcer sa lutte antidopage, y compris encourager les athlètes de haut niveau à s’engager dans le programme privé Quartz, de suivi de santé privé et d’alerte antidopage .

C’est le Président de la Fédération André Giraud qui l’a annoncé ce mercredi à l’AFP. Une idée qui séduit, notamment les stars de l’athlétisme français comme Kévin Mayer, Mélina Robert-Michon ou encore Hassan Chadhi qui ont tous fait part de leur volonté d’intégrer le programme Quartz. Celui ci, a l’avantage de proposer aux sportifs un suivi de santé également déclencheur d’alertes antidopage en cas de paramètres anormaux, à partir de prélèvements et d’analyses des données biologiques, que les sportifs peuvent ou non rendre publiques.  “On ne peut que saluer l’initiative de certains de nos athlètes, c’est une formidable opportunité pour les athlètes et la fédération de lutter contre le dopage“, a déclaré le président de la FFA André Giraud à l’AFP. “Nous soutenons leur décision sans réserve et nous allons encourager le maximum d’athlètes à faire de même, même si cela restera une décision personnelle. (…) Nous voulons sensibiliser les athlètes, leur expliquer que c’est dans leur intérêt d’être clairs et transparents (…) Cela correspond à notre souhait après l’affaire Calvin (la marathonienne suspectée de s’être soustraite à un contrôle antidopage) de se présenter comme une fédération pionnière dans la lutte antidopage. (…) Bien sûr nous respectons et soutenons le travail de l’Agence française de lutte contre le dopage (qui suit notamment les athlètes avec le passeport biologique) et espérons que cette initiative va renforcer leur action“, a conclu le président de la FFA.

Pour pousser les athlètes, comme l’Espagnol Kilian Jornet, à s’inscrire à ce programme, la FFA envisage de financer une partie de la participation des athlètes au programme, à hauteur de 2.000 euros annuels.