Convoqué en tant que réserviste par Didier Deschamps en vue de la Coupe du monde, Morgan Schneiderlin a fait part de son bonheur, lui qui est le joueur le plus méconnu des 30 convoqués.

Sa convocation en équipe de France
Si son nom a été régulièrement avancé ces derniers mois à mesure que l’Angleterre s’enthousiasmait de ses prestations avec Southampton, Morgan Schneiderlin n’a commencé à croire à l’équipe il y a trois semaines, quand il a reçu une pré-convocation. J’y ai cru, oui, et j’ai regardé la liste avec attention. Aujourd’hui, je suis un homme heureux de faire partie de cette liste, avoue le milieu de terrain pour sa première conférence de presse à Clairefontaire. Un lieu qu’il a fréquenté en équipe de France de jeunes, mais jamais chez les A. C’est le Graal du footballeur d’arriver en sélection, je suis un homme heureux, parce que j’ai fait beaucoup de sacrifices pour en arriver là, glisse le joueur formé à Strasbourg, parti à 17 ans tenter sa chance en Angleterre et qui a répété depuis la semaine dernière… sa chanson pour le bizutage.

Son profil
Méconnu en France, Schneiderlin s’est imposé comme une référence à son poste dès sa première saison dans l’élite outre-Manche. Nous jouons en 4-2-3-1 avec deux milieux défensifs, je suis l’un des deux. Je peux aussi évoluer dans un 4-3-3, comme celui de l’équipe de France, j’arrive à m’adapter, explique le joueur de 24 ans au moment de décrire sa position privilégiée, et qui peut évoluer devant la défense ou dans un poste de relayeur. Avouant apprécier Zidane, Gerrard ou les joueurs se donnant à fond à chaque entraînement, le milieu de terrain s’est construit grâce au football anglais : C’est le meilleur Championnat du monde, le plus attrayant, celui avec le plus de rythme. Quand je suis arrivé en D2,  j’ai pu rapidement intégrer les impacts physiques qu’il y a là-bas. La Premier League, c’est encore différent. Vous affrontez les meilleurs joueurs chaque week-end. Chaque week-end, vous devenez meilleur..

Un avenir incertain
Avant de partir en vacances (sauf en cas de forfait dans le groupe de 23), le Saint veut essayer de prendre un maximum de plaisir et progresser durant ces quelques jours avec l’équipe de France. Je vais avoir l’occasion de m’entraîner avec de grands joueurs, je vais m’attacher à jouer mon jeu, explique celui qui ne sait pas encore avec certitude où il évoluera la saison prochaine. Je sais qu’il y a beaucoup de spéculations autour de moi, mais il me reste trois ans de contrat, mon avenir ne dépend pas que de moi, ajoute Schneiderlin, qui n’a pas voulu exprimer ses envies d’ailleurs et qui a déjà un objectif en tête avec l’équipe de France : Si je n’ai pas l’occasion de faire la Coupe du monde, la prochaine étape, ce sera l’Euro 2016, prévient-il. A lui de justifier la confiance accordée par Didier Deschamps avec cette première convocation.