La NBA reprend ses droits ce mardi 17 octobre à la suite d’une hors saison très mouvementée. À l’Ouest et malgré les changements survenus durant l’été, Golden State reste le favori pour le titre de conférence… et finale.

Aura-t-on pour la quatrième année consécutive une finale Golden State – Cleveland ? Il y a de belles chances, bien qu’une nouvelle fois, le chemin du succès sera semé d’embûches pour Golden State. La conférence Ouest, réputée depuis quelques années pour être (bien) plus relevée que la conférence Est, a vu certaines de ses équipes encore se renforcer cette saison et notamment l’Oklahoma City Thunder qui a enregistré les arrivées de Paul George et Carmelo Anthony.

Les autres équipes, qui peuvent barrer la route des Warriors restent celles des années précédentes. Les Spurs de San Antonio, finalistes de conférence l’an dernier, demeurent toujours une team très intéressante dans le jeu collectif et avec l’un des meilleurs joueurs de la ligue, Kawhi Leonard. Son coach Gregg Popovich a par ailleurs été désigné comme meilleur entraîneur du circuit lors de l’avant saison.

Un troisième titre en quatre ans ?

D’autres franchises comme Utah, La Nouvelle-Orléans ou Houston avec James Harden et Chris Paul arrivé de Los Angeles cet été, peuvent prétendre faire quelque chose dans cette conférence. Mais pour qu’elles y arrivent, il faudra que Golden State soit moins efficace et moins impressionnant que les précédentes années, et rien ne le garantie. Champion l’an passé sans aucun problème (bilan de 16 victoires et une défaite lors des play-offs) et équipe ayant battu le nombre de victoires lors d’une saison régulière l’année d’avant (73), les Golden State Warriors font encore largement figure de favoris.

Avec un Stephen Curry désigné MVP il y a deux ans, un Draymond Green récompensé du titre de meilleur défenseur l’année dernière, un Kevin Durant MVP des finales lors du titre ou encore un Klay Thompson qui possède le record de points marqués en un quart-temps, difficile de trouver un point faible dans le cinq majeur de Golden State. Même le banc de l’équipe entraînée par Steve Kerr a prouvé la saison passée qu’il pouvait entrer dans la rotation pour faire reposer les titulaires.

Pour les Warriors, la stabilité a été le mot d’ordre lors de l’inter-saison. Il faut dire qu’il n’y a pas grand chose à changer dans une équipe qui a été finaliste trois ans de suite et qui a remporté deux titres. Mais les “GSW” devront se méfier des franchises qui ont toute la saison pour se rôder et arriver en play-off avec des automatismes tels que Houston mais aussi et surtout Oklahoma. À elle seule, l’équipe de Russell Westbrook, MVP en titre, attire toutes les attentions et son duel face aux Warriors va être scruté de toutes parts. De là à ce qu’elle surpasse le champion en titre dès cette année, cela semble un peu tôt, mais en NBA, rien n’est impossible.