Dimanche soir Naomi Osaka a remporté l’US Open féminin 2018 contre Serena Williams. Une finale avec une altercation entre l’arbitre et la joueuse américaine. Ce dernier a reproché à Williams d’être coaché sur le bord du terrain. Son entraîneur français, Patrick Mouratoglou répond.

 

“Il y a 1.000 choses à dire. Est-ce que j’ai coaché? Oui, j’ai coaché. J’ai fait des gestes. Je l’ai coachée, mais elle ne m’a pas vu. C’est pour ça qu’elle n’a pas compris quand elle a reçu le premier avertissement. L’arbitre l’a vu, je prends un avertissement. Pourquoi pas, c’est la règle. Pour information, je n’ai jamais pris un avertissement pour coaching de ma vie. Deuxième élément, 100% des coaches coachent sur 100% des matches toute l’année, et tout le monde le sait. Quand un arbitre a un minimum de savoir-vivre, surtout sur une finale de Grand Chelem, il ne fait pas ce qu’il a à faire. Dans 100% des cas que j’ai vus, on prévient d’abord la joueuse. Il ne l’a pas fait non plus. Deux choses super choquantes pour moi. (Après avoir cassé sa raquette) Serena n’y a pas pensé (au 2nd avertissement). Elle est dans le feu de l’action, elle vit sa finale, elle n’est pas bien. On a parfois besoin d’exploser pour rebondir.

Un arbitre est censé avoir un peu de finesse, de psychologie. On voit toute l’année ce type de situations se produire, avec des réactions systématiquement opposées des arbitres. (L’arbitre Carlos Ramos) a quand même arbitré beaucoup de finales de Nadal, Toni Nadal coache sur 100% des points et il ne s’en cache même pas! Il n’a jamais pris d’avertissements! C’est extrêmement choquant. J’ai l’impression qu’il y a deux poids, deux mesures. S’il avait prévenu Serena, il n’y aurait pas un d’incident invraisemblable inutile. C’est très regrettable. C’est la 2e fois que les arbitres essaient de prendre la vedette à l’US Open. Je trouve ça choquant.”