Après avoir battu Roger Federer en trois sets ce vendredi en demi-finale de Roland Garros 6-3, 6-4, 6-2, Rafael Nadal s’est confié sur son adversaire, en disant notamment : “heureusement qu’il n’y en a pas deux comme lui sur la planète”

Une demi-finale de Roland-Garros, ce n’est pas un match comme un autre non?” explique-t-il, avant d’ajouter “après, j’étais face à mon plus grand rival, avec toute l’histoire que l’on partage. Mais il est vrai que l’on n’a pas joué l’un contre l’autre aussi souvent qu’il y a huit ans. Il a un peu changé sa manière de jouer, et moi aussi. Après, mon objectif, en particulier sur cette surface où j’ai eu beaucoup de succès, c’est toujours de faire ce que je sais faire. Si j’y parviens, en général j’ai mes chances.” D’ailleurs, en parlant de Roger Federer, Nadal l’affirme, “je n’ai jamais trouvé de sparring partner jouant comme lui. Il n’y en a pas deux comme lui sur la planète. Heureusement en fait. Lui et moi nous connaissons, on s’est joué tellement de fois.”

Quand je joue Roger, j’attends toujours le meilleur de lui.

Sur les 39 rencontres entre Roger Federer et Nadal, ce dernier en a remporté 24. Pourtant il explique : “Quand je joue Roger, j’attends toujours le meilleur de lui, car après tout ce qu’il a fait après toutes ces années, tous les matches qu’on a joués, toute cette expérience fait qu’on peut penser qu’il va jouer son meilleur tennis. Des fois il y arrive, d’autres fois non.”

Quant à penser que c’est la dernière fois que les deux joueurs jouaient l’un contre l’autre à Roland-Garros, Nadal est très clair : “Non, non, cela ne m’est jamais venu à l’esprit. Ca peut toujours être la dernière fois, en effet. La logique de la vie nous incite à penser que c’est la dernière fois ou qu’on s’en rapproche un peu plus. Le temps passe. On a tous nos petits problèmes. J’espère que ce n’était pas la dernière fois. (…) Et c’est vrai
qu’on devient plus vieux, mais en même temps on est encore en demi-finales de Roland-Garros. Donc quand on est ici, on ne pense pas à s’arrêter.