Dans quelques heures, Gaël Monfils retrouve Dominic Thiem, tête de série numéro 4 pour un huitièmes de finale à Roland-Garros. Avant d’affronter le finaliste de l’année dernière, le Français, qui n’a perdu aucun set est conscient de la tâche à accomplir. Il est passé en conférence de presse, afin d’évoquer ce choc sur le court central de Roland-Garros, le court Philippe-Chatrier.

 

Que retenez-vous de ce match du troisième tour contre votre compatriote Antoine Hoang (6-3, 6-2, 6-3), que vous connaissiez peu ?

“Ce sont des matches compliqués au début, car ce sont des matches où, entre guillemets, tu n’as pas le droit de perdre. Et cela rend le match dur. Même si on ne veut pas avoir de pression, on a quand même cette petite pression en plus. J’ai eu un peu de mal au début, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Mais finalement, je me suis relâché assez rapidement. Et j’ai vu que physiquement, il était un peu court. Il a un jeu très agressif, il veut tenir sa ligne, et je l’ai senti amoché physiquement. Je pense qu’il va apprendre. Il a bien puisé mentalement sur ses deux premiers matches. Pour lui, ça va être de l’expérience, il a vu aussi que quand il se relâchait un peu plus, il était là. Je pense qu’avec son coach, ils vont travailler sur une grosse base physique pour jouer cinq sets sur terre battue.”

Est-ce important pour vous de vous qualifier pour les huitièmes sans avoir perdu un set du tournoi ?

“Cela importe peu. Je me sens forcément bien physiquement et c’est ce qui m’importe le plus. Derrière, il n’y a pas vraiment de signification, c’est juste que j’ai fait trois bons matches, des matches pleins. Ce n’étaient pas des matches au couteau où la confiance met du temps à venir. J’arrive à serrer le jeu quand j’ai envie de serrer le jeu, j’arrive à imposer mon jeu quand j’ai envie de le mettre en place, donc là dessus, j’ai pu me rassurer. Je suis content d’arriver frais (en deuxième semaine)”.

Avant d’affronter Dominic Thiem, avez-vous l’impression d’être inarrêtable ?

“J’aimerais bien. Mais chaque match est différent. Je vais jouer contre un joueur qui derrière Novak (Djokovic) et Rafa (Nadal), peut gagner potentiellement le tournoi, qui était finaliste l’an dernier. Il se sent très bien, il a fait une super saison jusqu’à maintenant. C’est un joueur qui me pose des problèmes et il faudra comprendre avec mon coach pourquoi, et comment je peux lui poser des problèmes. Au niveau du jeu, à partir du moment où je reste avec une belle agressivité et une grosse envie, il n’y aura pas de problème. Cela va être un gros match, comme je les aime, à la maison donc plus facile à gérer. Après, on verra bien. Mais personne n’est inarrêtable.”

Propos recueillis en conférence de presse