Samedi matin à 9 h 30 heures française Simona Halep retrouve Caroline Wozniacki pour une finale qui s’annonce exceptionnelle entre les deux meilleures joueuses du tennis mondial féminin actuel.

 

C’est une affiche de très haut niveau qui va opposer Caroline Wozniacki à Simona Halep. Les deux joueuses ont un jeu assez similaire avec un gros coup droit et une bonne couverture du terrain. Au cours de cette quinzaine, elles ont toutes les deux montrer leur meilleur visage et se sont arrachés pour arriver jusqu’en finale. Simona Halep a connu une première semaine et deux premiers tours plutôt tranquille. En revanche, le troisième match s’est pratiquement avéré fatal car la Roumaine est passé à deux doigts de la défaite au bout d’un combat épique de 3 h 45 contre l’Américaine, Lauren Davis 15-13 au dernier set. Elle n’a ensuite pas rencontré de problème jusqu’en demi-finale ou elle a une nouvelle fois dû s’employer cette fois-ci face à Angélique Kerber. Victoire 9 jeux à 7 au 3e et dernier set et 2 h 20 sur le court dans la chaleur étouffante de Melbourne.

Pour Caroline Wozniacki aussi, c’est un parcours plutôt propre avec un premier match accroché et une victoire 3-6 / 6-2 / 7-5 dès le deuxième tour face à la jeune Croate de 21 ans Jana Fett. Elle a ensuite poursuivi sa route et s’est fait une petite frayeur en quart contre Carla Suarez-Navarro avec une victoire 6-2 dans la dernière manche. En demi-finale, elle a fait respecter son rang en venant à bout de la vainqueur d’Alizé Cornet, la Belge Elise Mertens qui disputait son premier tournoi du Grand Chelem. Au total depuis le début du tournoi, la native d’Odense au Danemark a passé 3 h de moins que son adversaire sur les courts, de quoi entré un peu plus fraiche sur le terrain samedi matin.

 

La malédiction des finales

 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, aucune de ces deux jeunes femmes n’a pour le moment eu le privilège de soulever un Grand Chelem. Pourtant Simona Halep est arrivée deux fois en finale à Roland Garros (2014 et 2017) sans jamais réussir à gagner son match. Même histoire pour la Danoise qui a connu 2 finales à l’US Open (2009 et 2014) toutes les deux perdue. Que ce soit pour Halep, tête de série numéro 1 où Caroline Wozniacki tête de série numéro 2 elles ont beaucoup de mal à gérer leurs émotions au moment d’aborder une finale et perdent souvent leurs moyens tant la pression est forte.

Demain sur la Rod Laver Arena, il faudra faire abstraction de ce contexte particulier et la clé du match devrait être la maîtrise de soi et de ses émotions.

 

Une place de numéro 1 mondiale à la clé

 

En plus d’un premier titre de Grand Chelem, les deux Européennes se disputeront “le trône de la WTA” à savoir la place de leader du tennis féminin mondial. Pour l’instant, c’est Simona Halep qui domine mais la Danoise de 27 ans pourrait bien faire d’une pierre de coup en cas de victoire finale. Caroline Wozniacki aimerait se retrouver une fois de plus sur la plus haute marche du podium, écrire une nouvelle page de l’histoire du tennis féminin et devenir la reine de l’Australie en ce début d’année. Au niveau des face à face, avantage à la numéro 2 du tournoi avec 4 victoires en 6 confrontations face à Simona Halep. Sur une surface comme le dur, elles comptent 2 victoires chacune.

G. Zerbone