Lors du match d’ouverture du tournoi des VI Nations ce vendredi soir, la France a été battu par le Pays de Galles. Une défaite très sévère pour un XV de France qui s’est puni tout seul. Après la rencontre, Jacques Brunel est revenu sur ce match et les manques de son équipe.

 

Quel est votre sentiment à chaud ?

“C’est bien sûr une déception. On a mis beaucoup d’engagement, fait des choses intéressantes notamment en première mi-temps. Même si on n’a pas tout maîtrisé, on a réussi à mettre en difficulté le pays de Galles, qui a une défense redoutable. Mais il y a eu un manque de maîtrise. On n’a pas bien débuté le deuxième acte, alors qu’on s’attendait à un sursaut des Gallois. Et puis deux coups du sort nous plombent complètement. On a favorisé leur victoire.”

Ce trou d’air en seconde période est-il mental ou physique ?

“Je ne pense pas que ce soit mental. On a montré tout au long de la partie un bel engagement, une combativité de tous les instants. Simplement, on prend deux essais (les 2e et 3e gallois) de 80 mètres sur des ballons qu’on avait au départ. C’est difficile à expliquer. C’est un manque de maîtrise à un moment important.”

Comment expliquer ces essais “casquette” ?

“C’est difficile à expliquer. Pourquoi un garçon d’expérience comme Huget, le ballon lui échappe des mains et il donne l’essai à l’adversaire? Je n’ai pas d’explication, cela ne lui est probablement jamais arrivé et ne lui arrivera peut-être jamais de nouveau. Quelle explication donner à ça?”

Et le deuxième cadeau offert aux Gallois, cette passe de Sébastien Vahaamahina ?

“(Silence) Quelle réponse puis-je donner? Tout est bien, sauf que ça se joue à trois centimètres. On écarte le ballon car c’est le jeu, mais la passe est mal ajustée, et il y a interception. Que dire? Il aurait fallu faire une passe moins loin, garder le ballon, ou moins sauter (la défense galloise)… Sauf qu’il y a eu interception et essai derrière.”

A chaud, parvenez-vous à garder du positif, notamment cette première période séduisante ?

“Bien sûr que je vais garder le positif. Car il me semble que sur l’ensemble on a réussi à produire des séquences de qualité, on a mis certainement la meilleure défense d’Europe en difficulté. Plus qu’eux nous ont mis en difficulté. Mais toujours est-il que la déception prédomine. Encore une fois on va se retrouver à remettre en question tout un processus. Il va falloir repartir, et face à un adversaire de qualité (l’Angleterre, dimanche prochain). Il faut très vite se remettre en route, car un gros challenge nous attend la semaine prochaine.”

Propos recueillis en conférence de presse