Cette troisième édition du baromètre exclusif Future Thinking avec respondi pour Sponsoring.fr sur la notoriété et l’intérêt des Français pour les événements sportifs se déroulant en France permet d’aborder plusieurs points. Premier enseignement : 69% des Français sont capables de citer au moins un événement programmé prochainement sur le territoire. 41% peuvent même en citer au moins deux. Ils ne sont plus que 12% à en énumérer au moins cinq, ce qui reste important compte tenu de la programmation importante qui s’étend jusqu’en 2019. Les dernières rencontres de préparation de l’équipe de France de football à l’Euro 2016 sont l’occasion d’évaluer les variations constatées depuis les précédentes vagues du baromètre.


Cliquez ici pour agrandir l’image ci-dessus

A huit mois du début de la compétition, 65% des Français savent que la France va organiser l’Euro 2016 (82% sur la cible des fans de sport). Le plus haut niveau enregistré depuis la création du baromètre, il y a un an. De tous les événements que la France va organiser au cours des prochaines années, l’Euro 2016 reste le plus connu des Français. Mais si la notoriété globale de l’événement progresse par rapport à avril dernier (56%), seulement 36% des Français connaissent au moins une ville organisatrice de l’Euro 2016. Le niveau remonte avec les intéressés par le sport (51%), mais il reste résolument bas. Le signe que les villes hôtes n’ont pas encore communiqué sur leur rôle. Toutefois, on constate une hausse significative de la notoriété des villes, même si les Français continuent de confondre des sites hôtes avec des villes qui ne participeront pas à l’Euro 2016 comme Nantes (13%) ou Montpellier (9%) ! Un Français sur cinq cite au moins une ville qui n’accueillera pas l’Euro 2016.


Cliquez ici pour agrandir l’image ci-dessus

56% des Français citent Paris comme ville hôte de l’Eurobasket 2015

Pour la première fois, notre baromètre revient sur un événement passé. En l’occurrence le Championnat d’Europe de basket-ball coorganisé par la France au début du mois de septembre. 56% des Français ont entendu parler de ces Championnats d’Europe (75% pour les intéressés par le sport). Mais seulement un quart des Français fait spontanément référence à l’Eurobasket. La Coupe du monde de rugby (qui a démarré à la fin de l’Eurobasket) a tout emporté sur son passage, estime Benoît Parraud, directeur Pôle Services de Future Thinking. Même si la fréquentation des salles a été bonne avec 292.092 spectateurs sur les deux semaines de compétition à Montpellier et à Lille, le Mondial de rugby a médiatiquement pris le pas. Avec une diffusion sur une chaîne nationale en clair, l’Eurobasket aurait sans doute bénéficié d’une meilleure exposition auprès du grand public. Interrogés sur les villes hôtes de la compétition, 65% des Français citent effectivement Lille (50%) ou Montpellier (47%). La notoriété affichée de Lille et Montpellier est importante, constate Benoît Parraud. Elle vient à l’encontre de l’idée reçue que tout événement de dimension internationale se déroule à Paris. Une analyse à nuancer. 56% des Français pensent tout de même que la compétition s’est aussi déroulée à Paris ! Et 68% des sondés ont cité au moins une ville qui n’a pas accueilli le Championnat d’Europe de basket-ball. Des territoires connus du basket-ball en France comme Lyon-Villeurbanne (42%) ou Limoges (28%).


Cliquez ici pour agrandir l’image ci-dessus

Avec l’Euro 2016, l’autre fil rouge de notre baromètre concerne la candidature de Paris à l’organisation des Jeux olympiques de 2024. 71% des Français soutiennent cette candidature (80% pour les intéressés par le sport et 82% chez les 18-34 ans). Une proportion quasi stable par rapport à avril 2015 (69%), mais avec une hausse des très favorables (+3 points). Sur l’événement, la France n’est pas coupée en deux. Qu’ils soient Franciliens ou Provinciaux, les Français sont environ 70% à soutenir cette candidature (70% pour les Franciliens et 71% pour les Provinciaux). On notera la progression de sept points des Français favorables (53%) au financement des JO 2024 par les pouvoirs publics. Chez les personnes favorables à la candidature, on monte même à 71%.


Cliquez ici pour agrandir l’image ci-dessus

«Je rêve des Jeux» oublié des Français ?

Au sujet du financement, le baromètre s’est intéressé à l’opération de financement participatif lancée fin septembre autour de la candidature. Deux semaines après le lancement de l’opération, 38% des Français ont entendu parler de l’opération «Je rêve des Jeux». Un niveau relativement bas qui peut s’expliquer par la déferlante FIFA, laquelle a saturé l’espace médiatique. Le lancement de l’opération s’est déroulé en même temps qu’éclataient de nouvelles révélations sur la Fédération internationale de football et sur Michel Platini, candidat à la présidence. On remarque d’ailleurs que 50% seulement des intéressés par le sport disent avoir entendu parler de l’opération «Je rêve des Jeux». Interrogés sur leur propension à participer à cette opération, 40% des Français (deux semaines après son lancement, rappelons-le) se disent prêts à acheter le bracelet à deux euros pour financer la candidature de Paris (56% chez les favorables à la candidature). Les autres modes de financement rencontrent beaucoup moins de succès. Ils ne sont que 20% à avoir la volonté de participer aux ventes aux enchères sur Internet, 10% à souhaiter envoyer une contribution de 20,24 euros pour faire partie du mur numérique des contributeurs et plus que 13% à imaginer d’autres modes de financement comme faire un don de 2024 euros pendant trois ans. Enfin, l’envoi de SMS en faveur du comité de candidature n’atteint que 17% (27% chez les favorables à la candidature). La collecte atteint 564.000 euros. Une nouvelle opération de mobilisation des Français serait la bienvenue pour relancer le processus. A noter enfin : 61% des Français sont favorables à la création d’un jeu de grattage pour participer au financement de l’organisation des Jeux. L’idée était déjà plébiscitée lors de la précédente vague (65%).


Cliquez ici pour agrandir l’image ci-dessus
Méthodologie

Étude réalisée auprès d’un échantillon de 1.400 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L’échantillon, constitué selon la méthode des quotas, a été interrogé en ligne sur système Cawi. Les interviews ont été réalisées du 9 au 15 octobre 2015.