Connect with us

Il y a Jason Day et il y a les autres

A la une

Il y a Jason Day et il y a les autres

Numéro 1 mondial, Jason Day est le grand favori du Masters, premier tournoi du Grand Chelem de l’année, qui débute jeudi sur le mythique parcours d’Augusta.

Au cours du mois de mars, et même en l’espace de huit jours, Jason Day a ajouté deux trophées à son palmarès déjà enviable. A la veille du premier Grand Chelem de l’année, l’Australien rêve de la mythique veste verte, celle du Augusta National Golf Club traditionnellement remise au vainqueur de l’épreuve. C’est un titre que j’ai toujours voulu gagner, je n’ai pas de problème de motivation, a plaisanté Day qui a dominé coup sur coup l’Arnold Palmer Invitational et le Championnat du monde de match-play. Les deux dernières semaines de mars ont été bénéfiques pour moi en termes de confiance, mais le Masters est un rendez-vous difficile, a souligné le vainqueur du Championnat PGA 2015 qui a remporté six des treize tournois auxquels il a pris part.

Si Day qui avait terminé 2e de l’épreuve en 2011 et 3e en 2013, est l’homme à battre, l’Américain Jordan Spieth, désormais N.2 mondial, aborde ce rendez-vous avec un esprit de revanche. Sa saison 2016 est jusque là décevante à l’image de son mois de mars: il n’a pas passé le cut lors du Northern Trust Open à Los Angeles et a terminé 18e du Valspar Championship, avant d’être éliminé dès les 8e de finale du Championnat du monde de match-play et de se contenter de la 13e place dans le Shell Houston Open dimanche. Spieth avait dominé l’édition 2015 en prenant la tête de l’épreuve dès le premier tour et en la conservant jusqu’au dimanche soir. Le Nord-Irlandais Rory McIlroy, 3e mondial, peut lui conclure son Grand Chelem personnel en décrochant le seul titre majeur qui manque à son palmarès. Les prétendants ne manquent pas, comme l’Australien Adam Scott, vainqueur de l’épreuve en 2013 qui s’est déjà imposé à deux reprises en 2016 (Honda Classic, Cadillac Championhsip), le Sud-Africain Charl Schwartzel, titulaire de la célèbre veste verte depuis 2011, ou encore l’Américain Bubba Watson, sacré deux fois à Augusta en 2012 et 2014.

Tiger Woods renonce au Masters d’Augusta

Spieth entre dans la légende

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de A la une

To Top