Un champion du monde peut tout se permettre. Lewis Hamilton se laisse aller à des confidences. Le champion du monde britannique fait part d’un certain scepticisme sur la pertinence d’ajouter un Grand Prix au Vietnam au calendrier du Championnat du monde de F1 en 2020. “Je suis déjà allé au Vietnam et c’est un très beau pays. Je suis déjà allé disputer une course de F1 en Inde. C’était étrange, parce que, dans un pays d’une telle pauvreté, vous aviez cet imposant et très beau circuit tracé au milieu de nulle part. J’avais un sentiment très mitigé lorsque je suis allé à ce Grand Prix”, a déclaré le Britannique. “Nous avons eu un Grand Prix en Turquie, presque personne n’est venu. Super course, super week-end, mais pauvre audience”, a ajouté le pilote de 33 ans.

Hamilton préférerait qu’on augmente le nombre de Grands Prix dans les pays qui ont une tradition de la course automobile, plutôt que de s’étendre à de nouveaux marchés. “Purement du point de vue de la course, je ne sais pas à quel point il est important d’aller dans de nouveaux pays”, a-t-il questionné. “Nous avons avec l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie, des pays de forte tradition de courses (de F1) et ça commence à s’implanter aux Etats-Unis”, a noté le désormais quintuple champion du monde. “Mais vous n’avez toujours qu’un seul Grand Prix dans ces pays. Si ça ne tenait qu’à moi, j’essaierai d’y organiser plus de GP”, a-t-il poursuivi. “Si vous aviez le Grand Prix de Silverstone et un Grand Prix à Londres, ça serait plutôt cool. Si vous aviez un Grand Prix d’Allemagne et un Grand Prix à Berlin… dans des endroits à forte densité de population… Ca n’est pas nécessaire d’aller dans des pays qui ne connaissent pas grand chose à la F1”, a encore estimé le pilote Mercedes, oubliant le coût demandé pour organiser un Grand Prix de F1…