Quelques jours après les propos racistes du président de Brescia, c’est au tour du directeur général de la Serie A de provoquer un tollé en Italie. En raison, la fuite d’un enregistrement audio où il propose de couper les micros des stades.

À qui le tour ? En début de semaine, une nouvelle polémique s’est emparé du championnat italien. Moins d’une semaine après les propos affligeants du président de Brescia au sujet de Mario Balotelli, c’est désormais Luigi De Servio, le directeur général de la Lega Serie A, qui s’est illustré. Dans un document audio dévoilé par La Repubblica, on entend le patron du championnat italien suggéré de couper les micros des stades pour que les téléspectateurs n’entendent pas les chants racistes de certaines tribunes.

La bombe n’a pas tardé à faire le tour de la Botte et le principal intéressé s’est empressé d’organiser une conférence de presse pour tenter de se justifier. « Dans l’audio, vous n’entendez qu’une fraction du raisonnement. Nous parlions de la façon dont les émissions de télévision peuvent mieux raconter la beauté du football. J’ai donc suggéré de gérer la direction des micros de manière plus précise. Car en réalité, il arrive souvent que des détails entendus à la maison ne soient pas perçus au stade » a-t-il tenté d’expliquer. Pas de quoi décourager le directeur de la Fédération italienne d’ouvrir une enquête.