Le 28 avril dernier, le Premier Ministre avait annoncé que “tous les événements de plus de 5.000 personnes sont interdits jusqu’en septembre”. La Ministre des Sports vient de le contredire, annonçant du public dès le mois de juillet et potentiellement sans limite.

“S’il y a moins de personnes malades, hospitalisées, on ne va pas s’imposer un chiffre quelconque”, a annoncé Roxana Maracineanu sur l’antenne d’Europe 1. “Aujourd’hui, c’est le chiffre de 5.000 qui prévaut. C’est comme pour tout, au fur et à mesure, les choses évoluent, personne ne s’attendait il y a encore quelques semaines qu’on puisse proposer aux collectivités de pouvoir ouvrir leur enceintes.”

C’est une changement de cap majeur pour la Ministre des Sports, qui assume enfin une stratégie évolutive en fonction de la réalité de l’épidémie, et quitte sa position dogmatique qui consistait en substance à prôner le principe de précaution “quoi qu’il en coûte” à l’économie du sport, pour paraphraser Emmanuel Macron. Il y a quelques jours à peine, Roxana Maracineanu avait déclaré qu’aucun retour à la normal n’était envisageable “tant qu’il n’y aurait pas de vaccin”, causant la colère du monde du rugby professionnel pour lequel l’absence de public signifie l’effondrement du modèle économique.

D’une position dogmatique au principe de réalité

En revenant sur les propos du Premier Ministre du 28 avril dernier, Roxana Maracineanu remet en question le principe même des interdictions édictées à l’époque, dont faisaient partie le fameux arrêt des compétitions professionnelles. Mais sur ce point, il est certain que la ministre ne se reniera pas. On se souvient d’abord de la sortie médiatique de Roxana Maracineanu dénonçant la reprise de la Bundesliga. Une position indéfendable aujourd’hui, puisque tous les grands championnats ont opté pour la reprise (Budesliga, Liga, Premier League, Serie A), à l’exception de la Ligue 1 française. La ministre est en outre entrée dans une bataille médiatique contre le président de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, au point de se laisser à aller à la provocation, invitant ce dernier à “faire un film puisque les cinémas seront rouverts”. A l’heure où l’épidémie régresse considérablement, il semble évident que la reprise de la Ligue 1 à huis clos était parfaitement possible. Mais Roxana Maracineanu ne l’admettra jamais.

Aujourd’hui, la perspective d’un retour du sport avec public est une réalité, que Roxana Maracineanu énonce comme une évidence. “On a envie de se donner les chances d’un sport populaire, de retrouver un sport avec des supporters. A la fin du mois, on espère avec l’évolution de la pandémie et une circulation moindre du virus dans la société, pouvoir vraiment se remettre au contact (du public, ndlr) dans des compétitions amicales, puisque toutes les saisons 2019-2020 ont pris fin par décision des instances”, précise la ministre. Omettant de rappeler que les instances en question ont pris cette décision après le discours d’Edouard Philippe du 28 avril. Celui-là même qu’elle vient de contredire…