Après les interpellations de plusieurs dirigeants du football français, dans le cadre des soupçons de trucages de certaines rencontres de Ligue 2, Frédéric Thiriez s’est présenté devant les médias au siège de la LFP.

Frédéric Thiriez n’a pas attendu avant de se présenter devant les médias, pour évoquer les soupçons de corruption qui pèsent sur certains matches de Ligue 2 de la saison passée. Au siège de la LFP, dans le 16e arrondissement de Paris, le président du football professionnel français a confirmé que plusieurs dirigeants du football français avaient bien été placés en garde à vue. Je vous confirme que, sur instruction des juges parisiens, MM. Tournaire et Robert, des perquisitions et gardes à vue ont été effectuées hier et ce matin par le SCCJ (Service central des courses et jeux de la Direction centrale de la police judiciaire) sur des soupçons de trucage de matches en Ligue 2 au cours de la saison passée a débuté Thiriez.

L’ancien avocat n’a ensuite pas cherché à minimiser l’impact que cette affaire, s’il elle s’avérait vraie, pourrait avoir sur le football français. Si ces soupçons sont avérés, il s’agit d’une affaire extrêmement grave pour le football dans son ensemble, pour la LFP, organisatrice du championnat et pour moi-même, à titre personnel, car j’ai toujours placé l’éthique et l’intégrité du football au cœur de mon action, a-t-il rappelé, avant de souhaiter que la police et la justice fassent toute la lumière sur cette affaire. Les personnes mises en cause pourraient être présentées au juge d’instruction sous bref délai. Bien évidemment, la LFP et la FFF se constitueront partie civile pour défendre l’honneur du football.

Enfin, Frédéric Thiriez a tenu à rappeler ce qu’encourait les personnes et clubs impliqués, si les soupçons étaient bel et bien justifiés : Les instances de la LFP prendront les sanctions disciplinaires ou administratives, individuelles ou collectives, qui s’imposent avec la plus grande fermeté.