Didier Deschamps devra une nouvelle fois choisir entre Antoine Griezmann et Olivier Giroud au moment de composer son attaque pour affronter l’Allemagne, lors des quarts de finale de la Coupe du monde. Mais face à la Nationalmannschaft, il semble que le choix de l’attaquant de la Real Sociedad s’impose.

Antoine Girezmann ou Olivier Giroud ? C’est l’une des seules interrogations que Didier Deschamps semble se poser avant de composer son équipe depuis le début de la Coupe du monde. Depuis le début de la compétition, les deux hommes ont chacun débuté deux rencontres (Honduras et Equateur pour Griezmann, Suisse et Nigeria pour Giroud). Pour compléter le trio d’attaque, dans lequel Mathieu Valbuena et Karim Benzema sont indéboulonnables, le sélectionneur des Bleus doit à chaque fois se décider entre l’attaquant d’Arsenal et celui de la Real Sociedad. Les deux joueurs apportent des options tactiques différentes et il est difficile de savoir laquelle des deux solutions il privilégiera.

Pour autant, il semble que Griezmann ait une petite longueur d’avance pour débuter face à la Nationalmannschaft. Notamment car Karim Benzema a semblé déjouer contre le Nigeria, aux côtés d’Olivier Giroud. L’attaquant du Real Madrid, obligé de se déporter côté gauche lorsque l’ancien Montpelliérain est titulaire, n’abat pas un travail défensif suffisant. Ce qui au passage, ne lui est pas demandé par Deschamps. C’est Blaise Matuidi qui est obligé de compenser les montées des latéraux adverses, ce qui laisse un trou au milieu de terrain. Difficile d’imaginer que DD prenne ce risque face au trio Lahm – Kroos – Schweinsteiger, qui est le point fort ce cette équipe allemande.

A cela, il faut ajouter la vitesse de Griezmann. Face à une défense assez lente, composée de quatre centraux, la percussion du natif de Macon semble être plus intéressante que le jeu de tête et la force physique d’Olivier Giroud, qui aura face à lui de vrais clients, comme son coéquipier chez les Gunners Per Mertesacker. D’ailleurs, face à l’Algérie (2-1, ap), l’arrière garde de la Nationalmanschaft avait eu bien du mal à composer avec la vitesse des attaquants des Fennecs. Si les voix de Deschamps restent impénétrables, il semble tout de même que le choix de Griezmann s’impose à lui. Reste à voir si cela sera bien le cas au Maracana vendredi.