Le Tour de France 2014 n’est décidément pas celui de l’équipe Sky. Après avoir perdu son leader Christopher Froome, la formation britannique a vu son plus sérieux prétendant à la victoire finale, Richie Porte, craquer totalement lors de la 13e étape, entre Saint-Etienne et Chamrousse, dans les Alpes.

La Team Sky aurait-elle pu prévoir qu’au soir de la 13e étape du Tour de France 2014, tous ses coureurs seraient hors course pour disputer la victoire finale, après la déroute de Richie Porte ? Au micro de France 2, le manager de la Team Sky, Dave Brailsford, tente de trouver une explication aux contre-performances de ses coureurs, et en particulier à la défaillance de Richie Porte, relégué à neuf minutes au classement général ce vendredi : Il y avait une grosse pression sur Richie aujourd’hui. Je ne sais pas… La chaleur a sans doute joué même si elle est présente pour tous. Il y a des journées difficiles sur le Tour, et celle-ci (vendredi) en est une.

Alors que l’abandon de Christopher Froome lors de la 5e étape avait transféré les espoirs de Sky sur l’Australien Richie Porte, la désillusion est patente pour la formation britannique. Jeudi, Porte pouvait espérer revenir sur Vincenzo Nibali à l’approche des Alpes. Vendredi, sa prestation transparente pose nombre de questions sur l’avenir de la Team Sky sur le Tour 2014, et sur les choix qui ont été faits pour le préparer, à commencer par la non-sélection de Bradley Wiggins pour cette édition.

Porte : Une désillusion


Porte, le premier au général, est 16e, talonné par ses coéquipiers, Geraint Thomas (18e) et Mikel Nieve Iturralde (19e). Amer, Richie Porte a des raisons de l’être. Je ne pense avoir très bien négocié la chaleur, a déclaré le coureur après son arrivée à Chamrousse. C’est une désillusion, mais nous verrons bien ce qui arrive demain. Egalement bousculée par la suspension de Jonathan Tiernan-Locke pour deux ans en raison d’une suspicion de dopage, la Team Sky s’apprête à terminer le Tour de France en roue libre, où les seconds couteaux pourraient viser des victoires d’étape. Un schéma loin de l’objectif original de faire triompher une seconde fois Christopher Froome sur les Champs-Elysées.

Thibaud Le Meneec