A partir de samedi et durant les 3 prochaines semaines, l’Italie sera une terre de vélo. Le Giro débute et les favoris sont prêts à en découdre. C’est notamment le cas de Primoz Roglic, qui commence à avoir de la pression.

 

“Je sens plus de pression mais c’est normal. Il faut tout simplement être capable d’assumer quand on prétend faire partie de l’élite. En sport, et particulièrement encyclisme, il ne faut pas essayer de se cacher quand on est fort, et que les résultats sont bons… A chaque fois que je prends le départ, c’est pour gagner. Contrôler la course ? L’équipe a l’habitude. Je tiens à souligner aussi qu’on a besoin de se divertir. Sinon, tenir trois semaines est trop long, trop difficile.”