Sa saison en demi-teinte avec les San Antontio Spurs, son club de l’ASVEL, l’Euro 2015 en France… Tony Parker a fait un tour d’horizon complet en conférence de presse, samedi. Il a notamment révélé qu’il allait changer sa préparation physique pour réduire les risques de blessure.

Q: Quel bilan tirez-vous de la saison des Spurs de San Antonio Spurs qui ont été éliminés au 1er tour des play-offs par les Los Angeles Clippers ?
R: C’est forcément une déception car nous avions les moyens de faire quelque chose. Mais avec le recul, nous avons réalisé une série assez incroyable durant trois-quatre ans avec une finale de conférence (2012), une finale NBA (2013) et un titre NBA (2014), sans compter les deux finales européennes avec l’équipe de France (2011 et 2013). Ça fait beaucoup de basket à un très haut niveau. Maintenant il faut se reposer et revenir plus fort l’année prochaine.

Q: Quel regard portez-vous sur votre saison sur un plan personnel ?
R: C’était une saison un peu difficile. J’ai bien commencé avant de me blesser à l’ischio-jambier (derrière une cuisse). Cela m’a embêté pas mal de temps. Après c’était le tendon d’Achille pendant les play-offs. Je n’ai pas réalisé ma meilleure saison, mais ça me donne beaucoup de motivation pour l’équipe de France et pour revenir à mon meilleur niveau l’année prochaine. Je vais changer ma préparation. L’année dernière, j’ai coupé pendant deux mois après le titre NBA. Cet été, je vais faire différemment. A artir du 1er juin, je vais commencer à me remettre en forme, à faire beaucoup de musculation pour éviter toutes ces blessures. Je vieillis et mon corps ne répond pas aussi rapidement que lorsque j’étais plus jeune (il aura 33 ans dimanche). Je vais donc faire les efforts nécessaires pour arriver en pleine forme en équipe de France. Je serai d’ailleurs présent dès le début de la préparation.

Q: Que représente de disputer un Euro à domicile ?
R: Ça change beaucoup de chose car nous aurons le statut de favori contrairement aux éditions précédentes où nous étions des outsiders. Tout le monde voudra nous battre et réaliser son meilleur match contre nous. Il y aura beaucoup de pression et d’attente et il faudra gérer tout ça.

Q: Que pensez-vous du forfait de Joakim Noah ?
R: Il a privilégié sa carrière NBA et je le respecte. Mais c’est forcément dommage car j’ai adoré jouer avec lui en 2011. Cela aurait été sympa de l’avoir avec nous. Nous ferons sans lui comme nous l’avons fait depuis quelques temps en sachant qu’à l’intérieur nous avons désormais beaucoup de bons joueurs avec Gobert, Mahinmi, Seraphin, Lauvergne, Ajinça….

Q: Avez-vous pu suivre la saison de l’Asvel ?
R: Oui, bien sûr. C’était une première saison de folie. Nous avons beaucoup appris. Nous avions beaucoup d’espoirs, mais nous avons dû bricoler durant toute la saison, avec des hauts et des bas. Quelle que soit l’issue, nous en tirerons les leçons. Mais je suis là pour le long terme car je compte garder ce club pour 25-30 ans et le faire grandir. Il faut donc être patient. Nous aurions aimé gagner tout de suite, mais ça ne se passe pas comme ça. Notre grand ami Jean-Michel Aulas n’a pas gagné tout de suite avec l’OL. Il a mis du temps.

Q: Quelle est la prochaine étape dans l’évolution de l’Asvel ?
R: Faire en sorte que l’Académie sorte afin de créer notre centre d’entraînement et développer notre centre de formation. La nouvelle salle est aussi la clé du succès de notre projet mais celui-ci avance à vitesse d’escargot car nous sommes en France.