Le Dakar, qui va se dérouler en Arabie Saoudite dans deux jours, fait bondir la Fédération internationale des ligues des droits humains qui a interpellé ce vendredi ASO, la société organisatrice du rallye, et France Télévisions.

Le Dakar ne doit pas être une tribune offerte à l’Arabie saoudite pour faire oublier les droits de l’Homme” a déclaré la Fédération internationale des ligues des droits humains (FIDH) dans une lettre adressée aux dirigeants de l’entreprise ASO. “Nous en appelons aux valeurs d’engagement et de responsabilité de l’entreprise ASO pour assurer que les droits humains soient pris en compte et que la situation désastreuse dans le pays ne soit pas une anecdote en marge du Rallye“.

Les défenseurs des droits humains pointent notamment l’intervention militaire de l’Arabie saoudite controversée au Yémen ou encore la condition des femmes dans le pays. “Amaury Sport Organisation et les pilotes du Dakar devraient faire entendre leurs voix contre les mauvais traitements que le gouvernement saoudien inflige aux militantes des droits des femmes“, affirme Human Rights Watch qui a relayé l’appel. “Les supporters, les médias et les équipes concurrentes ne devraient pas se laisser aveugler par le spectacle sportif, par le biais duquel le royaume d’Arabie saoudite tente de blanchir son image alors qu’il emprisonne des activistes pacifistes (…)”. “Nous en appelons à la mission de service public de France Télévisions et vous demandons de faire en sorte que la diffusion du Dakar ne soit pas une tribune offerte au régime saoudien pour redorer son image et faire oublier ses crimes“.

Plus concrètement, les associations demande aux pilotes du Dakar de “donner de la voix” et de “contribuer à la sensibilisation et à la solidarité” en portant un brassard rose #FreeSaudiHeroes tout au long de la compétition.

La direction de France Télévisions, qui diffusera la compétition du 5 au 7 janvier, a aussi reçu un courrier similaire.