Contrôlée positive à l’EPO, l’athlète française Ophélie Boxberger a accusé son beau-père et assistant personnel de l’avoir dopé à son insu. Elle a d’ailleurs porté plainte pour empoisonnement.

Me Laurent Clauzon, avocat de la spécialiste du 3000 m de 31 ans, a expliqué qu’Ophélie Boxberger avait déposé plainte au tribunal de grande instance de Montbéliard ce lundi pour “atteinte à l’intégrité physique par administration de substances nuisibles“. En effet, les analyses de l’échantillon B du contrôle antidopage d’Ophélie Boxberger se sont avérées elles aussi positives, et ont confirmé la présence d’EPO dans le corps de l’athlète. Alors qu’elle nie s’être dopée, son beau-père Alain Flaccus, qui fait partie de son encadrement sportif, a lui avoué lui avoir inoculé une piqûre d’EPO, à son insu, lorsqu’elle était assoupie.

Néanmoins, des sources proches du dossier appellent à la prudence sur cette version. Selon eux, il est possible qu’Alain Flaccus se soit “sacrifié” pour éviter à Ophélie Boxberger d’être suspendue quatre ans. De plus, la jeune femme entretiendrait une relation sentimentale avec le médecin de l’équipe de France d’athlétisme, ce qui ne fait qu’accroitre les doutes.

L’AFLD poursuit son enquête, malgré la plainte déposée.