Après avoir été controlée à l’EPO, l’athlète française a tenu à s’expliquer. C’est sur ses réseaux sociaux qu’Ophélie Claude-Boxberger s’est exprimé, non sans mal.

Il m’a fallu beaucoup de courage pour écrire ce message quand on peut lire la violence et toute la méchanceté déversées via les réseaux sociaux. Le tribunal populaire depuis hier m’a déjà jugé alors qu’il y a une procédure judiciaire en cours et une instruction auprès de l’AFLD de ce contrôle positif à l’EPO.J’ai demandé l’analyse de l’échantillon B afin de savoir si cela se confirme et part ailleurs j’essaie de comprendre comment ce produit a pu se retrouver détecté dans mon corps” a déclaré l’athlète qui a terminé sixième des Championnats d’Europe de Berlin en 2018 sur 3 000 m steeple, avant de s’exprimer sur la suite des événements. “Les gendarmes enquêtent actuellement dans mon entourage, en particulier lors de mon stage terminal à Font-Romeu, pour avoir des éléments auprès des 3 seules personnes proches qui auraient pu être mises en cause. Les délais de la justice et des enquêtes ne sont pas ceux des médias donc pour le moment je ne peux vous en dire plus sans perturber le processus.Je vous tiendrai au courant dans les semaines qui viennent sans céder à la pression journalistique qui a besoin d’alimenter une actualité monotone sur le plan sportif et qui se fait l’écho de quelques personnes malfaisantes qui cherchent juste à nuire et salir les athlètes, dans un univers du sport de haut niveau où l’encadrement technique et sportif ne le sont pas toujours.