Yohann Diniz a remporté le 50km marche de l’Euro de Zürich en établissant un nouveau record du monde en 3h 32min 33s. Le Français décroche son troisième titre européen après 2006 et 2010.

C’est tout simplement l’un des plus grands exploits de l’histoire de l’athlétisme. Yohann Diniz conquiert à 36 ans le troisième titre de champion d’Europe de sa (longue) carrière en atomisant le record du monde, dans le froid de Zürich et avec un short en lambeaux… et en s’arrêtant à quelques mètres de l’arrivée pour se saisir d’un drapeau portugais et franchir la la ligne avec deux drapeaux, celui de la France et du pays d’origine de sa famille ! Un geste insensé tout à fait dans l’esprit de ce personnage qui est parfaitement atypique, au delà d’être un immense champion.

En 3h 33min 33s, Diniz efface le record du Russe Denis Nizhegorodovc (3h34’14) qui datait de 2008.

Jamais un athlète Français n’avait remporté trois titres européen. C’est le quatrième titre pour le clan Français depuis le début de cet Euro 2014 après Eloyse Lesueur à la longueur, Benjamin Compaoré au triple saut et Yoann Kowal au 3000m steeple (après la disqualification de Mekhissi).

Une carrière mouvementée

La carrière du natif d’Epernay est tout sauf un long fleuve tranquille. En 2004, alors qu’il fait déjà partie des meilleurs Français, il n’est pas sélectionné pour participer aux JO d’Athènes. L’année suivante, il disqualifié aux Championnats du monde d’Helsinki au bout de 20 km pour foulée incorrecte. En 2006, il obtient enfin la consécration avec un titre de champion d’Europe à Göteborg. Sous une pluie battante, il bat à cette occasion le record de France en 3h 41min 49s. En 2007, c’est sur 20 km qu’il remporte un succès lors de la Coupe d’Europe de marche, en battant là encore un record de France en 1h 18min 58 s. La même année il décroche l’argent sur 50 km aux Mondiaux d’Osaka.

Au JO 2008 de Pékin, il est exclu après 30 km. Il rebondit l’année suivant en signant la meilleure performance mondiale de l’année en 3h 38min 45s et se présente en favori aux Mondiaux de Berlin… mais échoue à une modeste 12e place.

En 2010, il conserve son titre de champion d’Europe à Barcelone… malgré une chute ! En 2011, il établi un nouveau record du monde du 50000m sur piste, chez lui, à Reims, en 3h 35min 27s.

En 2011, nouvelle désillusion. Alors qu’il est en tête aux Mondiaux de Daegu, il est disqualifié. Il envisage alors sérieusement de mettre sa carrière entre parenthèse. Mais dès l’année suivante, il repart au combat. Le 18 mars 2012, il établi à Lugano un nouveau record de France du 20 km en 1h 17min 43s, un temps qui le place à 27 secondes du record du monde.

Aux JO 2012 de Londres, une médaille est en vue malgré une chute… mais il est à nouveau disqualifié, non pas pour course irrégulière pour s’être ravitaillé dans une zone interdite !

Aux Mondiaux de Moscou, l’an dernier 2013, encore un coup dur ! Après deux avertissement, il connait une défaillance et doit se contenter de la 10e place. Suite à cette enième pérpiétie, il décide de changer d’entraîneur et de moins parler aux médias, qui faisaient systématiquement de lui un favori avant chaque grande compétition. Pari gagnant !