Roland-Garros commence ce dimanche, l’occasion de faire un tour d’horizon de cinq joueurs très attendus lors de cette édition.

Rafael Nadal (vainqueur en 2013) :
Inquiétant au début de la saison sur terre avec deux défaites en quart de finale à Monte Carlo et Barcelone, une première dans sa carrière, l’octuple vainqueur des Internationaux de France a ensuite rassuré en s’imposant à Madrid et en atteignant la finale de Rome. L’Espagnol aura à cœur de défendre son titre, acquis l’an passé après un superbe combat face à Novak Djokovic en demi-finale (6-4, 3-6, 6-1, 6-7, 9-7)et une finale dominée de la tête et des épaules face à son compatriote David Ferrer (6-3, 6-2, 6-3), qui sera également à surveiller Porte d’Auteuil cette année. Des doutes subsistent toutefois sur l’état de forme de Nadal qui se présente pour la première fois en 10 ans à Roland-Garros avec 3 défaites sur terre battue.

Novak Djokovic (demi-finaliste en 2013) :
Novak Djokovic arrive à Paris en tant que grand favori cette année suite aux difficultés que rencontre son plus grand rival Rafael Nadal, qu’il a d’ailleurs battu en finale à Rome (4-6, 6-3, 6-3). Mais le Serbe n’a jamais battu l’Espagnol en 3 confrontations sur la terre battue parisienne. L’an passé, c’est Nadal qui avait mis fin au parcours du Serbe après un marathon de 4h37 (4-6, 6-3, 1-6, 7-6, 7-9). Djokovic voudra également ajouter le seul titre du Grand Chelem qui manque à son palmarès. Pour ça, il pourra compter sur la confiance accumulée lors de la préparation sur terre battue conclue par sa victoire à Rome.

Roger Federer (quart de finaliste en 2013) :
Roger Federer n’est jamais mort ! A 32 ans, le Suisse a retrouvé le niveau qui avait fait de lui le leader incontesté du tennis mondial. Vainqueur des Internationaux de France en 2009, Federer espère bien récidiver cette année d’autant plus que son pire ennemi sur terre, Rafael Nadal, ne semble pas à son meilleur niveau avant le début du deuxième Grand Chelem de l’année. De plus, Federer est parvenu à trouver la faille face à Novak Djokovic (7-5, 6-2) sur la terre battue du Monte Carlo Country Club avant de s’incliner en finale face à son compatriote Stanislas Wawrinka. A Rome en revanche, le Suisse s’est incliné face à Jérémy Chardy, mais le Suisse avait peut-être la tête à autre chose avec la naissance de ses jumeaux. L’année dernière, l’homme aux 17 titres du Grand Chelem s’était incliné en quart de finale face à un excellent Jo-Wilfried Tsonga (5-7, 3-6, 3-6).

Stanislas Wawrinka (quart de finaliste en 2013) :
Deux Suisses seront à surveiller de près cette année Porte d’Auteuil puisque le coéquipier de Roger Federer en Coupe Davis, Stanislas Wawrinka, aura également son mot à dire dans la course au titre. Vainqueur du premier tournoi du Grand Chelem de l’année en Australie, le Suisse a ensuite eu du mal à confirmer mais est revenu au meilleur moment en remportant le Masters 1000 de Monte Carlo. Mais les tournois de Madrid et Rome ont été plus compliqués pour Wawrinka, défait respectivement au deuxième tour puis en huitièmes de finale. Lors de la dernière édition, Wawrinka avait atteint les quarts de finale, battu par Nadal, après avoir sorti Richard Gasquet en huitièmes alors qu’il était mené deux manches à rien par le Français (6-7, 4-6, 6-4, 7-5, 8-6).

Jo-Wilfried Tsonga (demi-finaliste en 2013):
Jo-Wilfried Tsonga n’est pas dans son meilleur état de forme pour aborder Roland-Garros. Pas grand-chose à se mettre sous la dent pour le Français cette saison sur terre battue avec un quart à Monte Carlo, un deuxième tour à Madrid et un huitièmes de finale à Rome. Difficile donc de rééditer la performance de 2013 donc pour Tsonga qui avait atteint les demi-finales en battant Roger Federer (7-5, 6-3, 6-3) avant de passer à côté de sa demie face à David Ferrer (1-6, 6-7, 2-6). Toutefois, le Manceau compte bien déjouer les pronostics et se hisser au moins jusqu’aux quarts de finale comme lors des deux dernières éditions.

Guillaume Nibert