La Fédération française de tennis (FFT) se retrouve dans la tourmente. Le procureur de la République de Paris, François Molins, a été saisi dans le cadre d’une nouvelle affaire sur un possible trafic d’influence. Le parquet national financier (PNF) a ouvert le 19 mars une enquête préliminaire.

Le Journal du Dimanche avait indiqué le week-end dernier que le procureur de la République de Paris avait été saisi par deux inspecteurs de la Direction de la jeunesse et des sports chargés d’enquêter sur certains agissements de la Fédération française de tennis (FFT) pour des soupçons de possibles malversations, de trafic d’influence ainsi que de trafic de billets. L’information est confirmée par l’AFP. Le parquet de Paris a transmis ce signalement le 11 mars au parquet national financier (PNF), qui a confié les investigations à l’office anticorruption de la direction centrale de la police judiciaire (OCLCIFF).

Cette enquête judiciaire intervient dans un contexte délétère à la FFT, secouée par des rumeurs sur l’existence d’un trafic de billets du tournoi de Roland-Garros, une opposition persistante à l’extension de Roland-Garros, et des tensions entre son président Jean Gachassin et l’ex-directeur général de la FFT et de Roland-Garros Gilbert Ysern, finalement limogé. En février dernier, le Canard Enchaîné avait fait état de plusieurs affaires mettant en cause le président de la Fédération française de tennis, Jean Gachassin, et notamment la revente de billets de Roland Garros à prix coûtant à une agence de voyages du Sud-Ouest. Des places ensuite revendues cinq fois plus cher dans le cadre d’un package VIP.

Le rapport des enquêteurs de la Direction de la jeunesse et des sports devrait être remis au ministre des Sports, Patrick Kanner, le mois prochain.