Après la saison magnifique que vient de réaliser son équipe, il n’est pas forcément facile pour Mourad Boudjellal de se remotiver. Pour autant, le dirigeant du RCT ne compte pas jeter l’éponge.

Mourad Boudjellal pourrait être un président comblé, après le doublé historique Coupe d’Europe-Top 14 que vient de réaliser son équipe. Mais le bouillonnant président du RCT parvient toujours se fixer de nouveaux obejctifs, comme celui de réussir à gérer l’après Wilkinson. Je veux voir si j’en suis capable, explique le dirigeant toulonnais dans les colonnes de L’Equipe. C’est une perte considérable, il va donc falloir évaluer tout ça. On a vécu un peu la même chose quand Tana Umaga est parti. Pour autant, Boudjellal ne désespère pas de convaincre l’ouvreur anglais de poursuivre l’aventure : Sa décision est définitive, mais je n’ai pas encore enlevé les gants et j’espère encore convaincre Jonny.

Néanmoins, Mourad Boudjellal a avoué que l’idée d’arrêter sur ce doublé lui avait traversé la tête. En fait avec ce doublé, je fais le deuil de mon rêve. Je rêvais d’un truc et il s’est réalisé. J’y pensais quand j’allais bosser, quand j’allais courir. Maintenant ça n’existe plus, admet-il devant nos confrères du quotidien sportif avant de rebondir : Mais je vais m’en créer un nouveau. C’est juste que lorsque l’on est adulte, c’est plus dur !

Niveau transfert, Toulon pourrait faire venir une nouvelle pointure la saison prochaine. Bernard Laporte est au courant du joueur que je vise. Il m’a donné le feu vert (…) Je ne sais pas si je vais parvenir à le faire venir, mais s’il signe, ce sera un évènement. Et comme c’est toujours Noël pour les supporters toulonnais, leur président espère pouvoir réaliser un très gros coup lors de la saison 2015-2016. Une chose est certaine, il sera compliqué de faire tomber les champions de France de leur piédestal dans les années à venir.