Handball - Championnat d'Europe de handball 2016

Avec le deuxième tour, la France doit monter en puissance

Avec le deuxième tour, la France doit monter en puissance

Pour Claude Onesta, c'est avant tout une "faillite collective" qui a causé la défaite des Français contre le pays hôte. "Il nous ont châtiés physiquement. C'était une tempête athlétique", dira le sélectionneur, qui attend plus d'engagement des siens. Sur le plan individuel, cette rencontre a confirmé les difficultés de certains cadres, en particulier Nikola Karabatic qui n'a jusqu'ici pas pesé en attaque, avec un faible 7/22 aux tirs sur les trois matches.

Avec sept absents sur la base arrière (dont Fernandez, Accambray, Grébille et Barachet), la France se présente diminuée. Si l'équipe-type, identique à celle de l'Euro 2014, a de l'allure, le banc est peu aguerri dans l'ensemble. Kentin Mahé est l'une des rares satisfactions contre la Pologne (5 buts). Mais les autres remplaçants n'ont été utilisés qu'à dose homéopathique.

Seule équipe de cet Euro déjà qualifiée pour les Jeux de Rio, la France craint de gâcher des munitions avant cette future échéance. "Le pire serait d'échouer sportivement à l'Euro et d'avoir dégradé la force de cette équipe, c'est-à-dire son bien-vivre ensemble", souligne Onesta. Si l'Euro n'est pas la priorité N.1 des Bleus, il est en revanche une voie d'accès vers les Jeux pour ses principaux rivaux, comme la Pologne qui décrocherait son billet en cas de médaille d'or, ou de deuxième place si la France conserve son titre.

Les Bleus se qualifieront pour les demi-finales en battant le Bélarus, la Croatie et la Norvège, trois adversaires "qui ne sont pas des terreurs", comme l'a souligné Onesta.



Sport-Kiff.com, la boutique du sport
Partenaire officiel de Sport.fr






à lire aussi

Buzz sport