La Russie est la nation dominante en gymnastique rythmique et compte bien renouveler son doublé olympique de Londres où elle avait obtenu l’or en individuel et par ensembles.

Depuis les Jeux olympiques de Sydney en 2000, la Russie s’est toujours imposée dans les épreuves de gymnastique rythmique, que ce soit en individuel ou par ensembles. A Rio, les Russes comptent bien continuer cette série et vont surement le faire tant elles dominent la discipline. Aux Championnats du monde, la Russie a remporté 104 médailles dont 51 en or en 53 ans. C’est bien plus que la deuxième nation au classement des médailles, la Bulgarie, qui détient 54 médailles dont 20 en or. Dans le concours par ensembles, la Russie est au-dessus du lot mais pourrait être perturbée par d’autres pays de l’Est comme la Bulgarie ou la Biélorussie mais aussi l’Italie, médaillée de bronze en 2012, ou l’Espagne. Pour le concours individuel, la Russe Yana Kudryavtseva, triple championne du monde en titre, est la grande favorite pour décrocher à 18 ans son premier titre olympique. La championne olympique en titre, la Russe Evgenia Kanaeva, ne défendra pas son titre puisqu’elle a pris sa retraite après les JO de Londres.

Une seule Française a décroché son billet pour les Jeux olympiques de Rio. Il s’agit de Kséniya Moustafaeva pour le concours individuel. La jeune femme de 21 ans, d’origine biélorusse, est entraînée par sa mère Svetlana et participera, au Brésil, à ses premiers Jeux. Mais la tricolore n’aborde pas les JO avec une grande sérénité puisqu’elle a été opérée de l’appendice en mai dernier puis a dû se faire retirer ses dents de sagesse.

Sébastien Crouzol