Avis de tempête sur Pastor Maldonado et par ricochet sur l’écurie Lotus F1. Le soutien de la compagnie pétrolière d’Etay PDVSA est remis en cause. La suite de la carrière du pilote vénézuélien en Formule 1 s’inscrit en pointillé.

Le ministre des Sports du Venezuela Antonio Alvarez annonce dans le quotidien Ultimas Noticias, que le sport automobile ne serait plus la priorité du ministère. Je sais que je vais me faire beaucoup d’ennemis, mais il n’y aura plus un seul dollar pour la course automobile. Le sport vénézuélien a d’autres priorités, et ce serait injuste d’utiliser nos ressources pour des disciplines qui ne sont pas en phase avec le développement du pays. Un coup de massue pour Pastor Maldonado, financièrement soutenu par la compagnie pétrolière d’Etat PDVSA.

Pilote de Formule 1 depuis trois ans, chez Williams et maintenant pour Lotus F1, Maldonado bénéficiait des largesses de l’ancien président, Hugo Chavez, au travers de PDVSA, mais le nouveau gouvernement en place n’est pas sur la même ligne. Nicolas Maduro, président du pays depuis avril 2013 et pourtant héritier désigné par Chavez, aurait donné son accord à la coupure des financements par PDVSA.