Le forfait de Frank Ribéry pour la Coupe du monde ne laisse personne de marbre. Une tuile pour Didier Deschamps et pour l’équipe de France, mais pas de désespoir ambiant pour autant.

Franck a essayé jusqu’au bout de revenir. Il est resté comme il est en apprenant la mauvaise nouvelle. Il n’a pas montré de signes d’abattement. Son expérience lui a permis de gérer cette situation sereinement. A entendre la réaction de Raphaël Varane, on pourrait se demander s’il est réellement touché par l’absence de Franck Ribéry, incapable de se rétablir d’une lombalgie et contraint au forfait. La France se passerait-elle du natif de Boulogne-sur-Mer sans broncher ?

Tristesse et résignation se succèdent en conférence de presse à Clairefontaine, comme si le départ de Franck Ribéry, intervenu quelques heures après celui du Lyonnais Clément Grenier, n’étonnait guère. Tant Raphaël Varane que Yohan Cabaye ont déploré un coup dur, mais insistent sur le fait qu’il va falloir faire avec, aux dires du milieu de terrain parisien :Les ambitions doivent rester les mêmes, ça fait partie du foot. Il faut faire confiance à tout le monde.

Ribéry : Mon forfait était inévitable


Une heure avant Cabaye, le sélectionneur Didier Deschamps avait assuré les journalistes que le forfait ne bouleverserait pas sa préparation du Mondial, qui démarre le 15 juin pour les Bleus :J’y étais déjà préparé, il y a eu d’autres animations. Aujourd’hui, c’est acté, mais c’était anticipé. L’intéressé lui-même admet sur le site de la FFF que sa participation au Mondial brésilien demeurait compromise :L’IRM passée à l’hôpital de Rambouillet n’a fait que confirmer les impressions ressenties à chaud et l’aggravation du mal, et donc mon incapacité à m’entraîner et à jouer normalement. (…)Mon forfait était inévitable.

Jean-Michel Larqué défendait déjà sur RMC le forfait de Ribéry pour la vie du groupe :J’ai du mal à comprendre comment on peut s’accrocher à quelqu’un qui n’a plus joué depuis plusieurs semaines. Avec ce forfait, Didier Deschamps aura la tâche d’organiser un nouveau dispositif tactique, sans la présence de sa pièce maîtresse sur l’aile gauche. Son remplaçant pour le Mondial, le Montpelliérain Rémy Cabella, devra briller pour ne pas faire regretter le joueur du Bayern Munich.

Thibaud Le Meneec