Des nouvelles accusations de corruption entourent la Coupe du monde 2022. Selon un journal britannique, le Qatar aurait versé plusieurs millions d’euros a des personnalités du football mondial pour s’attribuer le précieux sésame.

Jamais une Coupe du monde n’aura fait autant parler d’elle avant même de débuter. Mais l’édition 2022, qui se déroulera au Qatar, ne cesse de susciter la polémique. En hiver ou en été ? Une erreur, comme l’a déclaré Sepp Blatter, le président de la Fifa, dans une interview ? Toujours est-il que le brouillard entourant l’attribution de la plus grande compétition sportive du monde, avec les Jeux Olympiques, a ce pays du Golfe, ne cesse de susciter la polémique.

Une enquête du journal britannique le Sunday Times affirme que le Qatar a versé plusieurs millions d’euros pour s’attribuer cette Coupe du monde. Cinq millions d’euros auraient notamment été versés par Bin Hammam, pour obtenir le soutien de plusieurs représentants du football international. Le journal britannique affirme être en possession de plusieurs documents, dont des mails et des photos, permettant de confirmer la véracité de leurs propos.

Bin Hammam, ancien vice-président de la FIFA, exclu de l’instance dirigeante du football mondial pour corruption, avait une caisse noire qui lui permettait de corrompre plusieurs personnes, dans le but d’obtenir leurs votes. Plusieurs personnalité du football africain seraient notamment visés, mais aussi des représentants de la zone Concacaf. Pas de quoi redorer le blason de la FIFA, qui années après années et affaires après affaires, ne cesse de ressembler à une grande mafia contre laquelle personne ne peut rien faire.