La 102e édition du Tour de France s’élance depuis Utrecht (Pays-Bas) ce samedi 4 juillet pour rejoindre Paris le dimanche 26 après 3360 km d’étapes. Un seul contre-la-montre et une deuxième semaine très montagneuse. Tous les ingrédients sont réunis pour que l’on assiste à un beau spectacle.

Le Tour de France 2015 promet une répétition de temps forts durant la première semaine avant la haute montagne, privilégiée dans la 102e édition qui part des Pays-Bas, à Utrecht. Avant d’attaquer le premier col, le 14 juillet, pour rejoindre l’arrivée inédite à La Pierre-Saint-Martin, les grimpeurs ont devant eux neuf jours à risques sur un terrain piégeux, surtout si le vent s’amuse à jouer le trouble-fête. Au lendemain du contre-la-montre individuel d’Utrecht, le seul proposé cette année, le Tour arrive sur la grande digue de Zelande. Suivent le mur de Huy (3e étape) et l’enchaînement de sept secteurs pavés pour rejoindre Cambrai (4e étape) lors d’une journée-clé qui avait permis au futur vainqueur, l’Italien Vincenzo Nibali, de prendre ses distances l’année passée. Le final le long de la Manche pour rallier Le Havre (5e étape), la côte de Mûr-de-Bretagne deux jours plus tard et le contre-la-montre par équipes de Plumelec offrent ensuite des opportunités variées, à l’opposé de la litanie des parcours plats qui figuraient jadis au programme. Cette fois, les purs sprinteurs n’auront que trois occasions (Zelande, Amiens, Fougères) dans la première semaine.

Le second chapitre, favorable aux hommes de la montagne, ouvre après la première journée de repos (13 juillet). Deux arrivées au sommet, La Pierre-Saint-Martin et surtout le Plateau de Beille, scandent le triptyque pyrénéen. La transition par l’Aveyron (Rodez) et la Lozère (Mende) conduit aux Alpes, dont le menu occupe la troisième et dernière semaine. Le retour à Pra-Loup, dans une réplique du final de l’étape de 1975 marquée par la prise de pouvoir de Bernard Thévenet au détriment d’Eddy Merckx, est suivi de trois journées organisées autour de la vallée de la Maurienne. Avec des grands cols traditionnels (Glandon, Croix-de-Fer) et des montées inédites (Lacets de Montvernier) avant le feu d’artifice final sur les pentes de l’Alpe d’Huez, dans une étape au format concentré et dense. Pour la première fois, la célèbre montée aux 21 virages sera escaladée à la veille de l’arrivée sur les Champs-Elysées prévue le 26 juillet en fin de journée. Du haut de la station de l’Oisans, la coureurs auront en tête la perspective de l’Arc de Triomphe, fantasme habituel des concurrents engagés dans la plus grande course du monde depuis le premier défilé sur les Champs voici quarante ans.

Les étapes

04/07 Étape 1 13.8 km Utrecht / Utrecht
05/07 Étape 2 166 km Utrecht / Zélande
06/07 Étape 3 159.5 km Anvers / Huy
07/07 Étape 4 223.5 km Seraing / Cambrai
08/07 Étape 5 189.5 km Arras Communauté Urbaine / Amiens Métropole
09/07 Étape 6 191.5 km Abbeville / Le Havre
10/07 Étape 7 190.5 km Livarot / Fougères
11/07 Étape 8 181.5 km Rennes / Mûr-de-Bretagne
12/07 Étape 9 28 km Vannes / Plumelec
13/07 Repos Pau
14/07 Étape 10 167 km Tarbes / La Pierre-Saint-Martin
15/07 Étape 11 188 km Pau / Cauterets – Vallée de Saint-Savin
16/07 Étape 12 195 km Lannemezan / Plateau de Beille
17/07 Étape 13 198.5 km Muret / Rodez
18/07 Étape 14 178.5 km Rodez / Mende
19/07 Étape 15 183 km Mende / Valence
20/07 Étape 16 201 km Bourg-de-Péage / Gap
21/07 Repos Gap
22/07 Étape 17 161 km Digne-les-Bains / Pra Loup
23/07 Étape 18 186.5 km Gap / Saint-Jean-de-Maurienne
24/07 Étape 19 138 km Saint-Jean-de-Maurienne / La Toussuire – Les Sybelles
25/07 Étape 20 110.5 km Modane Valfréjus / Alpe d’Huez
26/07 Étape 21 109.5 km Sèvres – Grand Paris Seine Ouest / Paris Champs-Élysées