Le skipper Romain Attanasio (Famille Mary-Etamine du Lys) a bouclé vendredi le Vendée Globe en 15e position, après un peu moins de 110 jours de course.

A 39 ans, Romain Attanasio termine pour la première fois son tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance en 109 jours, 22 heures et 4 minutes. Une belle performance puisque son bateau, qui date de 1998, était le plus ancien présent sur la ligne de départ du Vendée Globe.

Un arrêt de deux jours en Afrique du Sud

Le Français est le cinquième bizuth à boucler cette édition. Pensionnaire du Pôle Course au large de Port La Forêt, ce pilier de la série Figaro qui affiche une dizaine de Solitaire au compteur faisait ses débuts en Imoca lors de la Transat Jacques Vabre 2015 (9ème). Le public retiendra la rencontre de Famille Mary-Etamine du Lys avec un objet non identifié, le 5 décembre au sud de Bonne Espérance. Le marin annonce à la direction de course que les deux safrans de son bateau étant endommagés, il prend la décision de remonter vers Cape Town pour entamer une réparation. Le skipper met plus d’une journée pour rejoindre la baie de Simontown, où il prend un mouillage afin d’entamer un véritable travail de forçat. Il installe son unique safran de secours à bâbord et répare l’autre qui est en piteux état. Le skipper, qui accumule les ennuis, se fait une énorme frayeur le 18 janvier, lorsqu’il chute violemment dans le bateau, alors qu’il était grimpé dans sa bôme. Plus de peur que de mal.

Romain Attanasio franchit le cap Horn le 20 janvier, après 75 jours de course, il navigue toujours en duel avec le Catalan Didac Costa 100 milles devant lui. Les concurrents se retrouvent même au contact à plusieurs reprises lors de la remontée de l’Atlantique. Ils passent l’équateur le 7 février et une nouvelle avarie importante surgit sur Famille Mary-Etamine du Lys, une rencontre (encore) avec un OFNI occasionne la casse d’une dérive. Malgré la casse de son vis de mulet (pièce qui fixe l’extrémité de la bôme au mât), qui survient à la veille de rentrer aux Sables-d’Olonne et, après avoir doublé un Conrad Colman (Foresight Natural Energy) sous gréement de fortune à quelques heures de la ligne seulement, il passe la ligne d’arrivée ce vendredi 24 février, en 109 jours et une poignée d’heures.