30 ans après le duo Yannck Noah-Henri Leconte, une autre paire française se distingue à Roland-Garros. Edouard Roger-Vasselin et Julien Benneteau remportent la finale du double messieurs.

Edouard Roger-Vasselin et Julien Benneteau ont dominé la paire espagnole Marcel Granollers – Marc Lopez en deux sets 6-3, 7-6 et 1h45 de jeu.

Dès le début du match, les Français prenaient l’ascendant psychologique en s’offrant six balles de break sur les deux premiers jeux de service espagnols. Et si toutes étaient manquées, c’était simplement pour attendre le moment opportun : à 4-3, ils prenaient enfin la mise en jeu adverse pour s’offrir l’occasion de servir pour le set. Ils ne rateront pas le coche. La deuxième manche était plus accrochée, et malgré un break concédé d’entrée, Granollers et Lopez réussissaient à reprendre les commandes pour disputer un jeu décisif. Les Français marquaient les trois premiers points, et s’approchait du Graal grâce à un petit coup de pouce du filet puis d’un ace de Benneteau. La première des cinq balles de match était la bonne.

Les deux hommes ont réussi là où Guy Forget, Eric Winogradsky, Nicolas Mahut, Michael Llodra ou encore Fabrice Santoro s’étaient auparavant cassé les dents. Depuis Henri Leconte et Yannick Noah en 1984, les Français ont été souvent placés mais jamais gagnants en double. Et dire que les deux joueurs n’avaient participé, avant Roland-Garros, qu’à deux épreuves majeures ensemble.