Gilles Moretton, ancien actionnaire principal de l’ASVEL (Pro A) et ancien directeur du tournoi de tennis de Lyon (de 1987 à 2009), attaque Bernard Giudicelli, président de la FFT, en diffamation selon Le Progrès.

Le 5 mars, le président de la FFT avait déclaré qu’il n’approuvait pas la candidature de Gilles Moretton à la présidence future Ligue Auvergne-Rhône-Alpes : Gilles est accusé de faire partie de ces joueurs qui, en 2011, ont nourri le réseau des concierges qui se procuraient des billets (pour Roland-Garros) et les revendaient dix fois le prix. Je ne peux pas accepter au plan éthique que quelqu’un qui a failli à des règles simples veuille porter une région aussi importante. Lors de sa conférence de presse au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), il avait ajouté : Nous n’avons pas besoin d’anciens joueurs de haut niveau pour diriger des ligues, mais de dirigeants de haut niveau. Gilles peut tout à fait se présenter, nous sommes en démocratie, mais je lui dis clairement : il m’aura face à lui. Je ne veux pas aujourd’hui de gens dans notre fédération qui ont profité du système pour gagner de l’argent sur le dos de la FFT.

Je n’ai jamais été cité dans le dossier dont parle Bernard Giudicelli !, rétorque Moretton. Le contexte dans lequel ses propos ont été tenus est hallucinant et prouve qu’il y a une volonté délibérée et démesurée de salir quelqu’un.

La future Ligue AURA, qui regroupera, à partir de 2018, les ligues d’Auvergne, du Dauphiné-Savoie et du Lyonnais totalisera environ 1.000 clubs et 130.000 licenciés.