Bernard Giudicelli a détaillé dans les colonnes du Figaro l’organisation du “Challenge Elite” organisé par la FFT. Une tournée d’été franco-française avec un prize money de 300 000 euros pour les trois tournois.

“Thierry Ascione (entraîneur notamment de Jo-Wilfried Tsonga) nous avait sensibilisés à ce sujet et nous a fait confiance pour mettre en œuvre son idée. Notre fédération offre aujourd’hui à ses meilleures joueuses et joueurs la possibilité de retrouver le rythme de la compétition avec trois tournois dans les Alpes- Maritimes, destinés à celles et à ceux susceptibles d’entrer dans les tableaux de Grand Chelem. Le premier Challenge Elite FFT se déroulera du 6 au 11 juillet au Tennis Club Giordan à Nice, le deuxième, du 13 au 18 juillet à l’ASLM Tennis Cannes, et le troisième, du 20 au 25 juillet au Tennis Club de la Vanade à Villeneuve-Loubet. Par ailleurs, simultanément, on lance le circuit national, le CNGT, qui s’adresse à des joueurs négatifs ou numérotés, avec beaucoup plus de tournois puisqu’une trentaine de clubs vont accueillir ces épreuves et le CNGT se prolongera en août”, a indiqué le boss de la FFT dans Le Figaro.

Avant de poursuivre : “Il y aura 24 joueurs et 12 joueuses en lice. Les 20 meilleurs tricolores qui souhaiteront y participer et les 10 meilleures joueuses, plus des wild-cards, 4 pour les garçons et 2 pour les filles. Elles seront ouvertes aux joueurs qui sont classés jusqu’au top 250. On va jouer au meilleur des trois sets avec un super tie-break dans la 3e manche. Il y aura des phases de poules, qui qualifieront pour des matches à élimination directe. (…) On attend avec impatience la déclaration du président de la République dimanche pour voir comment nous allons évoluer. Ensuite, nous nous adapterons au contexte. Pour l’heure, ce ne sont pas des épreuves qui sont destinées à attirer du public, sauf bien sûr les adhérents des clubs, qui eux fréquentent leurs propres installations. J’ai presque envie de dire qu’on a envie d’utiliser ce moment-là comme un retour aux sources, en mettant de côté tout le cérémonial des grands événements et toujours bien sûr en respectant les normes sanitaires.”