Loin, très loin de la frénésie médiatique qui avait entouré la performance de Felix Baumgartner, Alan Eustache, un vice-président de Google, a battu en toute discrétion le record de l’Autrichien de saut en altitude. L’Américain a atteint 41.419 mètres. A déguster en vidéo.

Protégé dans un scaphandre pressurisé, Alan Eustace, 57 ans, s’est élevé dans le ciel de l’Etat du Nouveau-Mexique attaché à un simple ballon gonflé à l’hélium. Après plus de deux heures d’ascension, il a atteint 41.419 mètres, soit 2.374 mètres de plus que Felix Baumgartner le 14 octobre 2012. Il s’est ensuite décroché du ballon à l’aide d’un petit mécanisme explosif pour plonger vers la Terre. Sa descente a pris au total quinze minutes. Après environ quatre minutes et demie, il a ouvert son parachute principal et s’est ensuite posé à une centaine de kilomètres du lieu d’où il s’était envolé.

Alan Eustace a atteint, pendant cette chute, une vitesse maximum de 1 322,9 km/heure, ou 1,24 fois la vitesse du son, déclenchant un petit bang supersonique. En 2012, Felix Baumgartner avait atteint la vitesse de 1,357,6 km/h, un record de vitesse en chute libre qui tient toujours.

Étonnement, Alan Eustace a préparé son exploit en secret pendant trois ans, sans l’aide des équipes de Google, ne souhaitant pas que l’événement se transforme en un événement marketing comparable au saut de Felix Baumgartner. C’était étonnant, magnifique, j’ai pu voir l’obscurité de l’espace et les couches de l’atmosphère, ce que je n’avais jamais vues avant, a simplement déclaré au New York Times le nouveau recordman du monde. Pour réussir sa performance, l’Américain a travaillé avec un petit groupe d’ingénieurs du Paragon Space Development Corporation, qui ont conçu et fabriqué le scaphandre et son système de pressurisation, ainsi que le parachute et le ballon.