Il y a quelques jours, la jeune française, Perrine Laffont a remporté une nouvelle étape de la Coupe du Monde de ski de bosses. Une victoire qui lui permet de remporter la Coupe du Monde comme elle la expliqué en conférence de presse.

 

Que représente pour vous ce globe de cristal ?

“C’est la récompense de la régularité sur toute une saison, il va au skieur qui a dominé sa discipline sur 10 épreuves, en émotion, c’est un peu plus fort qu’une médaille.” 

De quoi oublier définitivement votre accident d’octobre à l’entraînement ?

“Non, il n’est pas oublié. j’ai encore mal de temps en temps. En fait on ne l’avait pas dit aux médias, mais j’ai eu une contusion du sternum, et ça m’a longtemps fait mal lorsque j’éternuais, ou que je faisais un mouvement vers l’avant. Sur les premiers mois de la saison je ressentais la douleur. Fin janvier ça allait mieux mais sur certains mouvements je le sens encore.”

Et vous avez pourtant attaqué la saison avec un nouveau saut, ce qui était un défi…

“J’ai réussi à le poser en course à chaque fois. Placer un nouveau saut et que ça marche direct, c’était fantastique, même si ça n’a pas été toujours facile, j’ai galéré à l’entraînement.”

Quel est le secret de votre réussite ?

“Travailler, travailler, toujours travailler. J’essaie d’être une athlète accomplie, au niveau de la nourriture, de ma santé, du sommeil, de la récupération. J’ai suivi entièrement le programme que mon préparateur physique m’avait préparé, j’ai respecté le plan de préparation de mon entraîneur. Il n’y a pas de secret dans le sport, c’est le travail qui compte.”

Le plaisir aussi ?

“Oui bien sûr. Il ne faut pas oublier qu’à la base on faisait ça pour être heureux, pour être avec les copains. Il ne faut pas que ça devienne juste une compétition, il faut garder le plaisir de s’améliorer, d’être performant. S’il n’y a plus de plaisir, il n’y a plus d’envie. Je suis toujours aussi motivée. En fin de saison comme ici, la motivation rentre en jeu quand on est fatigué. On ne peut pas toujours être à 100%, il faut aussi savoir aller chercher des résultats dans la difficulté.”