L’Autrichien Matthias Mayer a remporté vendredi le Super-G des Jeux Olympiques de PyeongChang, devant le Suisse Beat Feuz et le Norvégien tenant du titre Kjetil Jansrud, mettant ainsi fin au règne de la Norvège jusqu’alors imbattue dans la discipline depuis 2002. Le Français Blaise Giezendanner termine au pied du podium pour deux centièmes.

Matthias Mayer est le nouveau champion olympique du Super-G. Le skieur autrichien de 27 ans a été sacré vendredi sur la piste de Jeongseon. Avec un chrono de 1 min 24 sec 44/100e, il a devancé le Suisse Beat Feuz (+ 13/100e) et le Norvégien tenant du titre Kjetil Jansrud (+ 18/100e). C’est la première fois depuis 2002 que le Super-G olympique n’est pas remporté par la Norvège, Mayer succédant à son compatriote Hermann Maier comme dernier vainqueur non-norvégien ; c’était à Nagano, en 1998.

Titré en descente à Sotchi en 2014, Mayer devient également le dixième skieur de l’histoire à avoir remporté l’or olympique dans les deux épreuves de vitesse, après le Norvégien Aksel Lund Svindal (5e du Super-G vendredi), titré en vitesse lundi, qui s’était imposé sur le Super-G olympique de Vancouver en 2010.

Le Français Blaise Giezendanner a terminé au pied du podium. Le skieur de Val Thorens n’était qu’à deux centièmes de créer la surprise, lui qui n’avait fini que deux fois dans le top 10 d’un Super-G en Coupe du monde en deux saisons. Les autres tricolores engagés sur l’épreuve Adrien Théaux, le Français le plus régulier cette saison, Maxence Muzaton et Brice Roger terminent respectivement 15e (à 1 sec 32/100e), 18e (à 1 sec 64/100e) et 19e (à 1 sec 66/100e).