L’équipe autrichienne de ski alpin perd l’une de ses meilleures représentantes. A 33 ans, Marlies Schild, la meilleure slalomeuse de l’histoire de la Coupe du monde, prend sa retraite sportive.

J’ai vécu le rêve que j’avais lorsque j’étais petite fille. Le temps est venu pour moi de passer à une autre période de ma vie, a expliqué Marlies Schild lors d’une conférence de presse, mardi, à Vienne. Je ne regrette rien. Dans l’avenir, les courses de Coupe du monde vont me manquer, surtout les classiques, a poursuivi la championne, meilleure slalomeuse de l’histoire de la Coupe du monde de ski alpin avec 35 victoires, un record soufflé en décembre 2013 à la Suissesse Vreni Schneider. Avec deux victoires supplémentaires, l’une en slalom géant, l’autre en super-combiné, l’Autrichienne est la sixième skieuse de tous les temps au nombre de victoires en Coupe du monde.

La régularité d’abord

Récompensée pour sa régularité par quatre petits globes de cristal en slalom (2007, 2008, 2011, 2012), plus un autre en super-combiné (2007), la skieuse de Saalfelden a toutefois éprouvé des difficultés à concrétiser sur les courses d’un jour. En février 2011 à Garmisch-Partenkirschen (Allemagne), elle s’était enfin emparée du titre mondial après plusieurs déceptions (2e en 2003 à St-Moritz, 2e en 2007 à Are et disqualifiée en 2005 à Bormio). Quant à l’or olympique, il manquera toujours à son impressionnant palmarès, la championne se contentant de l’argent à Vancouver en 2010 et à Sotchi en 2014, et du bronze à Turin en 2006.

Ses treize années passées au plus haut niveau ont été marquées par deux grosses blessures, qui l’ont éloignées pendant presque deux saisons entières des pistes. En octobre 2008, en pleine préparation, elle avait chuté violemment sur le glacier du Rettenbach à Sölden, se fracturant le tibia et le péroné du genou gauche et renonçant aux Mondiaux-2009 de Val d’Isère. Cinq saisons plus tard, en décembre 2012, lors d’un entraînement dans la station suédoise de Are, elle était tombée et s’était blessée au genou droit. La fiancé Benjamin Raich souhaitait défendre coûte que coûte son titre mondial à Schladming en février 2013, et était remontée sur le skis seulement six semaines après son accident, alors que les médecins évoquaient un minimum de trois mois de pause. Elle avait finalement pris la neuvième place du slalom.