Le Kényan Abel Kirui a remporté dimanche le Marathon de Chicago. La Kényane Florence Kiplagat s’est imposée chez les dames.

Le Kényan Abel Kirui a remporté dimanche le Marathon de Chicago. A 34 ans, il enlève ainsi son premier marathon du circuit mondial (World Marathon Majors). Son palmarès a beau comporter deux titres mondiaux (2009, 2011) et une médaille d’argent olympique (2012), il manquait à Kirui la consécration dans l’un des six plus importants marathons du monde (Tokyo, Londres, Boston, Berlin, Chicago, New York).

Si son chrono est relativement modeste (2h11:23), à plus de six minutes de son record personnel (2h05:04), il a fait preuve d’une maîtrise stratégique sans pareil pour devancer Chumba de trois secondes, tandis qu’un autre Kényan, Gidon Kipketer, complète le podium à 57 secondes du vainqueur.

Le scénario de l’épreuve féminine a été beaucoup plus limpide et a sacré sans surprise, comme en 2015, la Kényane Florence Kiplagat. Kiplagat, seule en tête à partir du km 32, s’est imposée en 2 h 21 min 32 sec. Elle a largement devancé sa compatriote et homonyme Edna Kiplagat (2h23:28) et une autre Kényane Valentine Kipketer (2h23:41). Elle est la première depuis l’Ethiopienne Berhane Adere, en 2006 et 2007, à enchaîner deux victoires consécutives à Chicago.