La France s’incline en Irlande (18-11) où Jonathan Sexton s’est chargé de marquer l’essentiel des points irlandais. Malgré une fin de match à son avantage, le XV de France a trop tardé pour déployer son jeu et rassurer ses supporters après une première participation déjà inachevée devant l’Ecosse (malgré la victoire 15-8) lors de ses débuts dans le Tournoi des Six Nations.

Le chantier est là, mais il n’avance pas. Vers quelle direction veut aller cette équipe ? Personne ne le sait. Si les Bleus affichent du courage, ils continuent d’enchaîner les matchs sans fil conducteur.

Face à des Irlandais, qu’ils rencontreront lors de la Coupe du monde, solides sans être géniaux, les Français se sont surtout accrochés. Plus en réaction qu’en action. Le staff aura beau louer la fin de match courage des Bleu avec l’essai de Romain Taofifenua (71), le XV de France a montré un manque flagrant d’imagination.

Pour sceller sa victoire, le XV du Trèfle s’est reposé sur son ouvreur Jonathan Sexton. De retour à la compétition après douze semaines d’arrêt en raison de commotions cérébrales, le chef d’orchestre du jeu irlandais s’est montré plutôt discret dans le jeu mais réaliste au pied. Sa botte, profitant des nombreuses pénalités sifflées contre les Français, aura fait la différence. L’Irlande compte six points d’avance à la pause (12-6) grâce à quatre pénalités du joueur du Racing-Métro contre dont deux transformées par l’ouvreur Camille Lopez.

La seconde période offre davantage de spectacle. Mais la France, pénalisée par la sortie prématurée de Wesley Fofana sur blessure, puis celle de Teddy Thomas et Scott Spedding, avant que Pascal Papé écope d’un carton jaune, tarde à dépasser la défense irlandaise. L’Irlande s’en fort finalement bien, mais n’a jamais donné l’impression de vraiment trembler lors du temps fort des Français.

Voilà donc le XV de France privé dès la deuxième journée de rêves de Grand Chelem,. Quant à la victoire finale, elle passera au moins par un exploit à Twickenham face à l’Angleterre le 21 mars lors de la dernière journée. Autant dire que les espoirs sont bien maigres.