La France doit oublier le Grand Chelem dans le Tournoi des Six Nations 2015. Les Bleus, auteurs du seul essai du match, s’inclinent en Irlande, à Dublin, 18 à 11, lors de la deuxième journée.

S’il est des rencontres qui peuvent forger un groupe à l’approche d’une Coupe du monde, ce déplacement dans le jardin de Lansdowne Road face aux tenants du titre dans le Tournoi des six nations pourrait devenir le trèfle porte-bonheur à trimballer ces prochains mois. Souvent la colonne vertébrale de cette équipe en construction a été reconduite, en dépit du marasme. Souvent, elle a déçu. Le manager Philippe Saint-André continue, lui, à précher: ses Bleus sont sur la bonne route. Sans démordre, il a encore misé sur la continuité cette semaine en offrant une nouvelle chance à 14 des 15 acteurs du piètre succès contre l’Ecosse (15-8) samedi dernier.

A l’extérieur, le bilan de Saint-André est famélique ces trois dernières années: une victoire en Argentine en 2012, deux autres en Ecosse en 2012 puis en 2014. Paradoxalement, certaines de ses 11 défaites ont été plus encourageantes: on pense à certaines séquences en Nouvelle-Zélande en 2013, une première période à Twickenham il y a deux ans, des bribes de-ci de-là en Australie, en fouillant bien. Mais il manque au tableau de marche cet exploit fondateur qui nourrit la confiance, récompense les efforts, désinhibe un jeu emprunté et brouillon.

Alors, on se dit que l’occasion est presque trop belle de réaliser le coup parfait samedi face à un adversaire que le XV de France retrouvera le 11 octobre à Cardiff durant le Mondial, pour un dernier match de poule qui sera sans doute déterminant pour les ambitions de l’un ou de l’autre.