Après la défaite à domicile de Clermont, la première depuis quatre ans, contre Castres (22-16), Vern Cotter a estimé ce n’était pas la fin de l’équipe qu’il quittera en juin.

Que ressentez-vous après cette défaite historique ?
On est tous déçu, je sais pas si on peut dire autre chose que ça. On fera une analyse de ce match en temps voulu. Aujourd’hui, on n’a pas fait un bon début de première mi-temps. Pourtant, on a eu des occasions. Avec ce temps fort à la fin, j’ai pensé qu’on pouvait revenir avec un deuxième essai et puis ça ne s’est pas fait.

Y a-t-il un problème de lassitude physique et morale au sein de l’équipe ?
La saison a été difficile, c’est un constat. On a fait de bonnes choses, puis des moins bonnes. On passe devant au classement, ensuite on perd. J’aurais aimé que ça continue quand même un peu plus, au moins jusqu’au mois de juin. C’est dommage, mais c’est la loi du sport. Il faut philosopher, il y a un gagnant et un perdant. Malheureusement, le perdant c’est nous, mais c’est comme ça.

C’était votre dernier match avec l’ASM, que retenez-vous de ces années avec eux ?
Il y a eu de très bons moments et puis des moments difficiles comme celui-ci. Mais c’est avant tout une aventure humaine, ils sont comme ma famille. Mais ce n’est pas la fin de l’équipe. Ce sera un autre groupe l’année prochaine et ils repartiront plus fort. Je leur fais confiance.