Le XV de France s’approche de la dernière ligne avant la Coupe du monde au Japon dans huit mois. Le sélectionneur du XV de France Jacques Brunel devrait rappeler mercredi, pour préparer le Tournoi des six nations, plusieurs absents de novembre. Il devrait également tester Paul Willemse, désormais naturalisé français.

Il reste quelques places à prendre pour embarquer dans l’avion qui conduira le XV de France au Japon, mais elles deviennent rares et chères. Les absents de la liste de 31 joueurs égrenée mercredi auront du souci à se faire. “On devrait être relativement proche du groupe qui va jouer la Coupe du monde. Il ne peut pas y avoir un bouleversement total à ce moment-là” a prévenu Jacques Brunel dimanche soir au micro de Canal+. “Donc ça veut dire qu’on va essayer de finir de construire avec un groupe, avec une ossature et avec certaines certitudes sur les joueurs sur lesquels on va s’appuyer. C’est évident” a-t-il ajouté.

Le retour de Parra, conjugué à la forme d’Antoine Dupont et Baptiste Serin, devrait être préjudiciable à Maxime Machenaud, de retour d’une longue blessure au genou droit. Egalement victime d’une rupture des ligaments croisés, mais du genou gauche et un mois avant Machenaud, Brice Dulin devrait lui honorer sa première convocation sous Brunel. L’arrière devrait retrouver à Marcoussis, où le groupe sera réuni le 20 janvier, deux semaines avant le début du Tournoi (1er février-16 mars), son coéquipier au Racing 92 Bernard Le Roux, autre blessé de l’automne. La grande nouveauté devrait s’appeler Paul Willemse (26 ans), dont le gabarit (2,01 m pour 129 kg) et les performances sous le maillot de Montpellier séduisent Brunel et son staff depuis plusieurs mois. Mais après avoir envisagé d’appeler le Sud-Africain en novembre, ils avaient dû se raviser, le président de la Fédération Bernard Laporte exigeant de tout international qu’il possède le passeport français. C’est désormais chose faite, comme l’ailier d’origine fidjienne Alivereti Raka, cependant blessé à un poignet. Hormis le cas Willemse, les regards se tournent avant tout vers le champion du monde des moins de 20 ans Romain Ntamack, devenu quasi indispensable au Stade Toulousain, au centre ou à l’ouverture. Mais son éventuelle convocation forcerait probablement Brunel à laisser sur la touche les centres Geoffrey Doumayrou, l’un de ses hommes de confiance, ou Rémi Lamerat, qui forme la paire à Clermont avec Fofana.